Aller au contenu principal

« Est-ce que je peux poser une question…. Je ne veux pas aller chez le coiffeur ! »

Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 03 octobre 2017 07:29:42
Blog
4 / 5 [1 évaluation]| 1155 visites
« Est-ce que je peux poser une question…. Je ne veux pas aller chez le coiffeur ! »

26 Septembre 2017 - « Est-ce que je peux poser une question…. Je ne veux pas aller chez le coiffeur ! »

Opposition toute légitime mais à laquelle nous avons failli ne pas répondre favorablement.  J’étais convaincue que Mike devait aller chez le coiffeur avant l’été.  Tu auras moins chaud.  C’est mieux, tu verras.  On y va tous les 3 mois, tu as l’habitude, ce n’est rien, la coiffeuse te connait, tu n’auras pas mal…. Pourquoi tu ne veux pas y aller ?  Je ne veux pas ! Je ne veux pas ! Je ne veux pas !  Je n’aime pas ça et j’en ai pas envie.

Nous en discutons encore et encore.  C’est le sujet du moment.  Pas un repas, pas une pause dans nos folles journées sans que le sujet ne soit mis sur la table.  Chacun y va de son interprétation.  Il a peur des ciseaux dans son cou.  Il n’aime pas le bruit du sèche-cheveux.  Il ne veut pas rester sans bouger trop longtemps. Nous débattons, nous argumentons, nous essayons de le convaincre mais rien n’y fait.  Nous finissons par partir en vacances sans être passé chez le coiffeur.  Il sourit.  Avec son air malicieux, il semble nous dire « vous voyez, pas besoin d’aller chez le coiffeur ! »  Sans vengeance, en douceur et sereinement par son regard doux il nous sonde et sans qu’aucun mot ne sorte de sa bouche, nous entendons « tout est bien ainsi »…..

Quelques jours au bord de l’eau passent.  Il rentre de la plage les cheveux tous mouillés.  Ses longues mèches dégoulinent sur ses épaules.  Ses teeshirts trempés absorbent l’eau et sèchent.  Une fois secs, ses longs cheveux se rebiffent et quelques mèches rebellent rebiquent lui donnant un air de surfeur.  Sa peau abricot dore et ses yeux bleus ressortent cernés de taches de rousseur.  Ses mèches s’éclaircissent.  Il est châtain clair.  Il est beau, si beau que l’idée même de couper sa coiffe parait absurde !

Je n’en reviens pas.  J’étais tellement convaincue d’avoir raison.  Son opposition me paraissait si puérile et infondée.  Et pourtant, j’avais tort, nous avions tort, si tort !!!  Il s’en est fallu de peu… mais ce qui me choque au-delà de l’esthétisme que nous avons failli gâcher, c’est notre obstination et l’aveuglement de notre entêtement à croire que nous savions mieux que lui ce qu’il lui fallait !  Pourquoi ?  De quel droit ?  Ce n’est plus un enfant.  Nous n’aurions jamais agi de la sorte avec sa sœur de 2 ans sa cadette !  Heureusement nous avons fini par céder.  Heureusement j’observe ébahie sa bouille réjouie qui me crie l’aise d’être tel qu’il l’entendait.  Heureusement une petite voix intérieure a fini par nous convaincre d’abandonner cette idée insensée dont nous nous étions fait une nécessité !

Plus j’y pense, encore maintenant, plus d’un mois après les faits ; plus j’y pense et plus je comprends le poids de cette anecdote dans notre histoire.  Bien plus qu’une séance chez le coiffeur, il s’agit d’un acte d’autodétermination.  Un premier pas vers l’indépendance qu’il va devoir gagner envers et contre nous.  Une autonomie que nous rêvons pour lui et dont les premiers balbutiements nous poussent à réaliser que ses rudiments nous appartiennent.  Il s’agit de son chemin, mais nous en sommes le départ.  Pour l’avoir porté, nous devons accepter de le lâcher.  De l’avoir soutenu, nous sommes ceux par qui il est désormais tenu.  Avant de conquérir le monde, il va falloir qu’il se libère de notre amour, qu’il brise les protections qui hier le cajolaient, aujourd’hui l’embarrassent et demain l’empêcheront !

 Rien de bien différent du chemin de chaque parent ! Sauf qu’au-delà du cordon ombilical… cette réaction irrationnelle reflète la place réservée aux handicapés mentaux dans notre société !  Ce contre quoi je lutte m’est cependant naturel et inné.  Je suis la première à lui refuser l’égalité !  Je dois m’en souvenir pour changer.  Il ne s’agit pas du coiffeur mais de l’expression d’une volonté que j’ai failli ignorer !

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

J'ai eu l'honneur de rencontrer Mike ce WE et ce qui m'a frappée le plus c'est justement sa façon d'être autonome et son indépendace. Bref j'ai pris une leçon (j'ai du boulot ! C'est Samuel qui va être content)... Merci pour ce blog que je dévore. Sylvie
Et c'est parce que nous lui ferons confiance qu'il grandira et s'épanouira ...

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
1455 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 1034 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 1098 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Relations Dépendance et aide à domicile : d’abord une relation humaine
  • Démarches Handicap : contester une décision de la MDPH, ce qui change en 2019
  • Démarches Quels sont les critères d’AAH (allocation adulte handicapé) ?
  • Bien-être, Psycho Les jeunes aidants : ne les oublions plus !

© 2018 Plateforme Hizy