Aller au contenu principal

« Est-ce que je peux poser une question…. Qu’est-ce qu’on fait demain ? »

Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 29 septembre 2017 17:30:53
Blog
1034 visites
« Est-ce que je peux poser une question…. Qu’est-ce qu’on fait demain ? »

19 Septembre 2017 - « Est-ce que je peux poser une question…. Qu’est-ce qu’on fait demain ? »

Il s’agit bien là d’une question !  La même question qu’hier, avant-hier, avant avant-hier et probablement demain…  La question du jour et de tous les jours d’ailleurs.  Une question récurrente et quotidienne qui au-delà de l’agacement qu’elle pourrait susciter, nous apprend beaucoup sur la condition du handicap de Mike.  Ce qui pour nous est le simple inconfort de quelques minutes de répétition du programme à venir ; est pour lui, une angoisse permanente et constante !  Une préoccupation de chaque instant qui le harcèle et nous désarme.  Une obligation à laquelle il se plie autant que nous alors qu’il en est l’incitateur.

Demain, bien que semblable à aujourd’hui à quelques variations près, et totalement identique au jour de la semaine précédente occupant la même place dans le calendrier ; demain donc pareil et maîtrisé, déclenche chez Mike une peur panique irraisonnée.  Inutile de luter, d’argumenter, de résister à cette pulsion ; elle s’invite chaque jour et s’impose jusqu’à ce qu’on lui cède.  Capricieuse et têtues, elle peut hanter les lieux de sa complainte monotone jusqu’à obtenir satisfaction.  Le tableau des activités de la semaine ne suffit pas à assouvir sa soif.  Il faut l’attendre, l’entendre, la détailler, la commenter, la répéter, la rassurer, reformuler puis clôturer sans quoi elle envahirait tout l’espace.  S’y soumettre mais la mater jusqu’au lendemain où elle reviendra nous narguer.

Même adressée, elle sommeille et son absence est presque plus inquiétante.  Mike se retrouve alors seul avec elle.  Abandonné à ses doutes.  Incapable de prévoir de quoi demain sera fait.  Pas en termes de planning, nous venons de le couvrir.  Ce qui l’obsède est l’incapacité dans laquelle il se trouve de prévoir son rapport à demain : ses émotions, ses réactions, les imprévus, la vie telle que nous la vivons en nous accommodant de ses aléas que nous gérons grâce à nos facultés d’adaptation.  Se plaindre des angoisses de Mike, revient à oublier qu’il avance à tâtons dans un future aussi opaque que l’horizon d’un non voyant.  Reprocherions-nous à un aveugle de nous demander de lui indiquer le chemin ?  Une fois ceci fait, attendrions-nous à ce que ces explications suffisent à l’apaiser dans l’appréhension des embuches qu’il trouvera sur sa route de cécité ?

Le canevas du jour suivant dresse le décore de l’aventure sans dévoiler l’histoire que Mike, d’y vivre, va devoir surmonter.  Il est seul avec la vision d’une routine installée mais qui à chaque répétition réserve son lot de surprises.  Il sait sa différence et l’inéluctable empreinte des émotions sur toutes les projections rassurantes auxquelles il se raccroche.  Il a besoin du cadre que nos paroles dessinent mais sans que cela suffise, sans que nous l’aidions !  Il faudrait pour cela le suivre dans cette errance de repères, dans la dérive continue d’un avenir incertain dont son destin dépend.

Rares sont les situations où cela nous arrive.  Une perte d’emploi, la maladie, un divorce, un accident, une condamnation, un échec… nous vivons chacune de ces épreuves tels des drames et nous lamentons souvent sur notre sort à ces occasions.

Mike avance parce que c’est sa vie.  Courageusement, jour après jour, il affronte seul cette réalité.  Sa seule requête est cette question : « qu’est-ce qu’on fait demain ? »

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Demain , c'est une semaine de vacances et nous allons ensemble faire un programme , l'écrire et le décorer avec sa sœur , ses cousins et cousines
salut Emilie, longtemps que je ne t'ai vue. Tu as bien fait de te faire un peu de pub sur FB, je débarque dans ton blog, et je te découvre. Avec une profondeur nouvelle, mais ce sens du verbe que je connaissais, ce besoin d'échanger. Dans ce temps, c'était sur tout et rien, je vois maintenant que tu as une belle cause. Merci pour ce regard particulier que tu nous affres. Je sais que tu le fais par nécessité, par conviction, pour frayer un sentier dans la jungle a ton petit, interpeler et faire comprendre. J'aimerais te voir à nouveau. Laurent Pasteau

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
1216 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 856 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 908 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Santé et Soins Cannabis thérapeutique : bientôt autorisé pour les épilepsies sévères
  • Emploi Asperger - diagnostic tardif : quand il est révélé au travail
  • Démarches Maladie non reconnue : faire du médecin un allié
  • Démarches Parent d'enfant handicapé : que faire devant un signalement abusif ?

© 2018 Plateforme Hizy