Aller au contenu principal

« Est-ce que je peux poser une question…. Est-ce que je peux te faire une blague ? »

Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 07 novembre 2017 08:59:35
Blog
953 visites

7 Novembre 2017 - « Est-ce que je peux poser une question…. Est-ce que je peux te faire une blague ? »

Cette demande de permission tue l’attraction supposée de ce qui suit !

D’autant que cela consiste systématiquement à m’affubler d’un nom d’animal ou d’un qualificatif blaisant.   « T’es un cochon. » « T’es un crocodile. » « T’es un hippopotame. » « T’es grosse. » « T’es moche. » « T’es vieille. » Il existe même une variante à cet adjectif, un substantif fabriqué pour l’occasion : MAMITE !  Vient ensuite un rire franc et bruyant bien que très maladroit.  L’exagération, non comprise par son auteur, de cette figure de style, intrigue.

Privé de la répartie et de la finesse intellectuelle indispensable à l’humour commandé, Mike n’est cependant pas insensible à son charme.  Elevé depuis toujours par son papa dans cet esprit, il goûte à cet art quotidiennement et prétend y jouer.  Assez malin pour apprécier la force de cette arme dans la jungle sociale, il observe et s’exerce à la moindre occasion.  La blague, la vanne, les mots d’esprit, le rire… autant de figures qu’il perçoit, envie, pratique…. avec plus ou moins de succès.

Encore plus gauche que ses blagues, sont ses éclats de rire.  Lors de discussions en famille ou entre amis, comme devant la télévision ; Mike s’esclaffe bruyamment pour exercer sa faculté de communion.  Dans son tiroir, de multiples rires s’entassent mais aucun ne ressemble au sien et c’est bien là le problème.  En quête de reconnaissance, il exclut d’instinct l’arme fatale qu’il détient. Un rire si contagieux qu’il provoque l’hilarité générale jusque dans les salles de cinéma !  Ce diamant pure, capable de déchainer une foule, est absent du panel qu’il exhibe fièrement à la moindre occasion.  A la place, en stock, Mike pioche indifféremment dans ce qui semble être un potpourri de rires, dérobés au fil des années aux gens qu’il a croisé.  Il en prend un et le surjoue provoquant un vacarme assourdissant.  Nul n’est dupe.  Il ne rit pas.  Il existe par ce bruit.  La fin et le moyen se confondent de son incapacité à maitriser l’un pour servir l’autre.

Et pourtant, ce que je retiens dans ses blagues comme dans son rire, c’est l’intention.  Mike a compris l’importance de l’humour dans l’interaction sociale.  Il admire cet art et refuse de s’en trouver privé.  Il décide alors d’apprendre, seul, en autodidacte.  Loin de ceux qui étudient des ans durant les rudiments d’une bienséance qui fera d’eux des citoyens modèles.  De ceux conformes, qui bâtissent leur costume de castes pleines d’avenir.  De ceux qui se faisant, ne commettent aucune fausse note et se prémunissent du ridicule du hors sujet en maitrisant tous les codes du dogme.  Mais qui, ainsi, sacrifient l’essentiel de droit plus que par choix, du singulier individuel pour l’uniforme pluriel.

Mike, lui, privé des atouts qui permettent aux autres de se fourvoyer, s’illustre par ses choix.  Il choisit l’humour.  C’est remarquable qu’il s’y lance ainsi à corps perdu.  Sans retenue.  Par passion.  Par vocation peut-être ?  Car avouer ses difficultés ne dépeint pas l’entière réalité.  Mike échoue encore à nous imiter, à reproduire les codes de notre humour.  Cependant, quand il se contente d’exister et se libère du poids de nous ressembler, il nous fait hurler de rire !

Son univers, loin du notre, offre la saveur d’une perception à contre-emploi.  A son insu, il lui arrive d’énoncer un avis, une réalité, une stupidité qui déclenche des fous rires inégalés.  Je ne connais personne qui place mieux « dans ton cul » que Mike.  Ou « ma vie est fichue » à la fin des vacances avec panache et tragédie.  Ou encore, cinq minutes à peine après le début d’une balade, si vous tendez l’oreille, vous entendrez en fin de peloton la complainte taquine d’un Mike plus espiègle que fainéant, clamer « appelez-moi un taxi ! ».

Autant de traits d’esprit qui dénotent de la subtilité d’un humour incarné surpassant de loin les blagues entendues.  Parce que Mike est drôle sans se forcer, sans y penser. 

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

J'adore "appelez moi un taxi "...c est la blague que j'aurais aimé faire !

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
1630 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 1175 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 1263 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Démarches Les droits de l’aidant familial
  • Démarches Comprendre le taux d'incapacité (mise à jour 02/2019)
  • Le couvre-jambes de Mandine
  • Relations 6 mamans d'enfants différents racontent l'amitié

© 2018 Plateforme Hizy