Aller au contenu principal
Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 17 juillet 2018 23:18:49
Blog
642 visites

17 Juillet 2018 - « Est-ce que je peux poser une question…. Mental-essence »

Après presque un an de post hebdomadaires visant à transmettre une vision différente de la vie (sa vision), je souhaite partager l’enseignement de mes observations.  Si nos expériences ne faisaient pas nos vies ?  Si nos perceptions nous définissaient davantage ?  Mental-essence rapproche nos existences de nos capacités à les appréhender.  Sommes-nous par essence ou par nos sens ?

Je me pose souvent la question de son ressenti au mien ?

Comment vit-il ses heures passées, seul, entre la fin de sa prise en charge à l’IME et notre retour à la maison ?  Pour éviter qu’il ne s’abrutisse de vidéos sur YouTube, après une période de transition où l’iPad remplaça la fille au pair, nous lui avons supprimé cette distraction.  Il arrive, qu’en rentrant, nous le trouvions dans sa chambre, assis par terre, jouant avec des pailles.  Sinon, il est dans la rue, devant la maison, sans que nous puissions savoir s’il guète notre retour depuis de longues heures ou par intermittence.

Agacé par ses agissements, sa sœur, ses parents, ses grands-parents ou d’autres encadrants peuvent s’en prendre à lui de manière virulente, sans égard pour son intégrité, tant son comportement déclenche l’énervement.  Il est rare qu’il s’en plaigne et revendique des droits bafoués que tout autre serait en mesure de réclamer.  Tête baissée, il acquiesce conscient du déséquilibre d’un combat dont il s’estime perdant sans même prendre les armes.  Parfois, il ose s’opposer à mon courroux en manifestant sa réprobation par un mot, un regard, une plainte.  Infimes, ces signes me touchent tant ils me rappellent sa vérité et la manière que nous avons de la bafouer.  Il sait exprimer un mal-être qui existe mais que nous forçons au silence par facilité, fatigués de lutter.  Condamné à accepter ce deal injuste, il subit les revers de l’usure que ses difficultés imposent à ceux qui l’entourent.  Résigné, silencieux mais lucide, il vit une expérience que nous n’imaginons bien que nous en soyons les auteurs complices d’agressions.

Ses joies durent plus longtemps.  Intensément, sur l’instant, d’une force qui nous échappe et le transcende.  Il vit si pleinement que l’émotion persiste plusieurs jours.  Il distille ses souvenirs, par bribes, pour évacuer un ressenti bien trop grand pour s’autoréguler.   Il partage les moindres détails d’un film qu’il se repasse en boucle comme pour s’en défaire.  Je mesure l’éphémère saveur de mes bonheurs à l’absolue longévité des siens.  Quelque chose qui lui plait reste à jamais gravé et lorsqu’il vous raconte l’histoire l’intemporalité illustre l’intensité. 

Aimer prend d’autres dimensions.  Il s’agit de donner plus que de recevoir.  Il est question de fidélité plus que de réciprocité.  La fille qui lui plaît s’intéresse à d’autres garçons mais son cœur fidèle attend pour ne pas la blesser.  La vie de sa sœur, tel un livre ouvert, le passionne follement.  Avide des moindres détails, il écoute attentif les indiscrétions pour comprendre et gouter au récit d’aventures dont il se sait privé mais qui jamais n’entachent l’amour qu’il a pour sa cadette.  Pas de jalousie.  Pas de ressentiment.  Il est maladroit avec son père qu’il ne sait comment aborder mais, dans chacune de ses attaques transparait l’admiration plus que l’émancipation.  Ce cadre qui le contraint est son meilleur allié, il le sait.  De s’y frotter il console ses chagrins dans les bras grands ouverts d’une mère qui déborde d’affection.  Intrigué et comblé par sa compassion il en abuse et s’excuse, de conflits en câlins.

Par essence, semblables car humains avant tout autre chose.  Par les sens, si différents de l’appréhension permise par nos capacités respectives.  Mental-essence serait la réconciliation de son monde au notre.  L’alchimie par laquelle, du vivre ensemble, nous en viendrions à construire une existence faite des forces de nos sens.  De ne maitriser les siens nous impose de contrôler les nôtres.  En échange, nous goutons aux saveurs brutes et oubliées de la spontanéité.  En échange, nous souffrons l’inconfort d’un quotidien compliqué de ne devoir subir étant forcé d’agir.  En échange, nous vivons d’exister contraints à ne feindre ce qu’il serait autrement si facile de négliger.  En échange, nous gagnons l’exigence de l’accomplissement d’une vie que nous aurions pu gâcher.  La pleine conscience de l’essence mentalement affectée témoigne de la richesse des complémentarités de nos diversités.  Mental-essence tel la réminiscence d’un paradis perdu.  L’éden disparu d’une humanité menacée.

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Très bonne question , si bien exposée et qui nous interpelle fortement , nous remettant en question ... sauf la conclusion , inaténiable!..

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
1546 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 1113 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 1188 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Démarches Comprendre le taux d'incapacité (mise à jour 02/2019)
  • Gamme d'aide à la préhension sans solliciter les doigts
  • Relations Témoignage SLA : vivre la maladie de Charcot en famille
  • Le couvre-jambes de Mandine

© 2018 Plateforme Hizy