Aller au contenu principal

« Est-ce que je peux poser une question…. Qu’est-ce que dit Papa ! »

Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 19 mars 2018 21:12:17
Blog
813 visites

20 Mars 2018 - « Est-ce que je peux poser une question…. Qu’est-ce que dit Papa ! »

Aux prémices frémissantes de la crise d’adolescence de Mike, je me délectais d’observer les signes d’une étape essentielle de sa construction dont la maladie ne semblait pas le priver.  J’étais ravie de constater que tout handicapé qu’il soit, il manifestait les symptômes du mal des adolescents.  Saut d’humeur.  Lassitude.  Nonchalance.  Exaspération.  Arrogance.  Impatience.  Besoin de solitude.  Eloignement physique et rejet des câlins.  Culture du secret.  Rire niais. Rechignement à la propreté. Blagues lourdes.  Emancipation.  Vulgarité… et bien d’autres subtilités que l’âge ingrat vient glisser dans le corps de nos bambins qui muent d’adorables enfants innocents en négligents adolescents frustrés.

Je m’en délectais donc jusqu’au jour où ce mal gagna sa petite sœur et qu’ils se mirent en résonnance.  Un passe !  Mais deux, c’est trop.… surtout lorsque l’un d’eux ignore les codes d’un tel chamboulement et de maladresse exacerbe des rapports déjà tendus… Nous vivons au quotidien l’enfer d’un univers où rien ne va alors que tout est parfait.  L’organisation familiale huilée depuis plusieurs années ronronne calmement d’enseignements tirés des épreuves passées.  Contrairement à d’autres cellules, grâce au handicap, nous avons appris à communiquer et à donner à chacun une place de choix dans un équilibre qui n’ayant volé en éclat face à l’adversité s’est renforcé au point d’être extrêmement stable et confortable.  Les écueils standards, dans lesquels s’engouffrent les adolescents pour hurler leur colère et détruire l’oppression d’un monde à rebâtir, sont absents du décor.  Les disputes sournoises qui pourraient éclater d’un non-dit du passé ou d’une négligence présente sont désamorcées dans un réflexe de partage qui quotidiennement invite chacun à s’exprimer.  Les conflits sont étalés puis désossés pour être résolus individuellement ou collectivement mais jamais indifféremment.   L’égoïsme est toléré avec parcimonie comme faisant partie d’un tout et salutaire à l’ensemble.  L’hédonisme est prôné suite aux efforts consentis d’une existence chargée dont chacun mérite de récupérer.

Tout roule mais eux clochent….  C’est l’enfer de reproches qui n’ayant lieu d’être exaspèrent et frustrent ceux à qui ils s’adressent.  Un huit clos où deux individus s’asticotent pour simuler les raisons d’un mal absent.  Des chamailleries incessantes qui commencent par des broutilles et escaladent de coups en cris jusqu’à ce que tout explose.  Incompréhensibles.  Imprévisibles.  Ces anicroches se multiplient au point de combler tout l’espace. Pas un weekend sans qu’elles encombrent notre emploi du temps. Pas une soirée sans qu’elles s’immiscent sans fondement dans nos discussions.  Pas un matin sans qu’au réveil bien qu’endormis et étourdis ils ne trouvent le moyen d’initier une querelle partant de rien mais qui saurait gâcher la journée si nous ne venions l’étouffer dans l’œuf.  Soit l’un, soit l’autre.  Ou plutôt, si ce n’est l’un c’est l’autre.  L’engagement collectivement pris il y a un an n’endigue guère ce qu’ils ne comprennent et subissent presque autant que nous.

Elle veut l’aider face aux enjeux de sa maturité.  Elle l’encourage à franchir les étapes qu’elle sent poindre et pour lesquelles elle le trouve trop démuni et naïf.  Voulant bien faire, elle endosse le rôle d’aidant.  Du haut de ses douze ans, avec ses armes encore tendres et maladroites, elle conseille, guide et gronde sans comprendre qu’un statut d’adulte est requis pour se faire.  Il accepte sa bienveillance et connait sa gentillesse mais réfute cette emprise qu’il ne tolère que rarement.  Seul son père, à force de persévérance, dompte la colère et l’angoisse que suscitent les réprimandes chez Mike.  Seul les consignes de son père trouvent grâce aux yeux de celui dont la vie est un sempiternel reproche de ne rentrer dans un cadre mal fait.  Ses conseils, avec les années, sont devenus des repères cohérents et structurants.  Des guides qu’il suit et dont il a besoin pour avancer.   Des armes dont il use à bon escient ou non, de ne pas toujours appréhender les nuances qui s’y cachent.  « Qu’est-ce que dit Papa ! » devient alors une menace qu’il brandit à tout bout de champ, une ritournelle perpétuelle, un bouclier inapproprié.  A la moindre contrariété il se réfère à son père.  Absent, il l’appelle ou le prône si d’aventure quelqu’un vient à commettre quoi que ce soit qui serait en contradiction avec un enseignement paternel.  Hausser la voix.  Changer d’avis.  Laisser faire exceptionnellement quelque chose d’ordinaire interdit.  Faire des chatouilles.  Sourire.  Il suffit qu’il perçoive qu’un geste, une attitude ou un comportement aille à l’encontre du cadre établi par son père pour qu’il menace de l’arbitrage de ce dernier.

Etourdie par les cris, démunie de n’avoir su compter dans cette dimension, triste de les voir se battre ; je subis ces luttes et échoue à les dompter.  Je crie à me faire exploser les cordes vocales, je tousse, je menace… rien n’y fait… c’est toujours la même histoire.  Seule ma peine les calme… Petite, je m’étais jurée de ne jamais utiliser cette extrémité pour convaincre ou rassembler.  J’en suis pourtant réduite à cela.  « Qu’est-ce que dit Papa ! » au masculin fait alors écho à « vous me faites de la peine ! » au féminin.  Existe-t-il une autre issue ?

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
1630 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 1175 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 1263 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Démarches Comprendre le taux d'incapacité (mise à jour 02/2019)
  • Le couvre-jambes de Mandine
  • Relations 6 mamans d'enfants différents racontent l'amitié
  • Démarches Handicap : contester une décision de la MDPH, ce qui change en 2019

© 2018 Plateforme Hizy