Aller au contenu principal

« Est-ce que je peux poser une question…. Tu es vieille Maman !

Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 21 février 2018 20:11:34
Blog
869 visites

20 février 2018 - « Est-ce que je peux poser une question…. Tu es vieille Maman ! »

J’ai eu 45 ans hier…  N’ayant pas particulièrement aimé ma jeunesse, je fais partie de ces femmes qui s’épanouissent à partir de la trentaine et vivent plutôt bien leur maturité car elles arrivent enfin à s’assumer.  La barre des 45 reste néanmoins symbolique car elle annonce la bascule vers les 50…  Mais elle m’apparaissait douce jusqu’à ce que mon fils pose son diagnostic.  « Tu es vielle Maman ! » 

Aucune méchanceté dans ce jugement.  Tout juste une maladresse.  Un excès d’honnêteté.  Sur son visage interrogatif plus qu’affirmatif, je lis toute la naïveté de son propos.  Plus qu’une évaluation, il s’agit d’une question larvée suscitée par une angoisse à peine dissimulée.  Perçoit-il les dangers que ma vieillesse fait peser sur son avenir ?  Voit-il la menace d’un monde où il se trouverait privé de ma présence ?  Comprend-il l’hypothèque de ma vie sur la sienne ?  Je l’interroge : « tu trouves ? »  La réponse ne se fait pas attendre, il me répond d’un non franc sans appel, comme s’il se défendait de l’idée même de mon obsolescence.  « Un peu quand même ! » lui dis-je pour ne pas éluder complétement le débat.  « Comme papa ? » renchérit-il en semblant de plus en plus inquiet.  J’entends : « et si les deux partaient ?»  Je décide alors de ne pas le laisser dans ces tourments.  « Ça te fait peur ? »

Après un long silence, il finit par dire : « moi quand vous serez morts j’inventerais une machine pour qu’on s’intéresse à moi ! »  Je lui réponds qu’il n’a pas besoin d’attendre que nous soyons morts pour que les autres s’intéressent à lui, et encore moi besoin d’inventer une machine.  Je comprends qu’il fait référence à ces relations à l’IME.  Les interactions ne sont pas aisées et les hormones de l’adolescence le laissent démunis face aux pulsions que les premiers émois suscitent.  Désarmé par une gestion émotionnelle défectueuse, il vit encore plus mal ce que tout adolescent subit inéluctablement.  Il me parle de secrets qu’il aurait partagés avec une copine de l’IME avant qu’un rival ne la lui prenne et qu’il se retrouve à nouveau seul avec ces ressentis bizarres.  Il ne veut pas en dire davantage et je n’insiste pas.  Il fait le chemin que nous faisons tous.  J’ai la chance d’y goûter par petites touches insinuées car sa candeur l’autorise à dévoiler ces indiscrétions.  Je respecte cette intimité dont je ne veux le protéger.

Vivre et souffrir pour grandir et vieillir.  Nous sommes en plein dans le sujet.  J’y reviens donc pour l’encourager.  « Maman est vieille de ça mon chéri ».  Il me regarde curieux.  « Ce qui fait l’âge, plus que le temps, c’est le vécu.  Un jour aussi tu seras vieux d’avoir plein d’histoires à raconter, plein de secrets et plein de souvenirs.  C’est ça vieillir.  Ce n’est pas grave et il ne faut pas en avoir peur.  C’est beau et bien à condition d’être plein.  Toi tu voudrais vieillir de quoi ? »  Nous roulons à vive allure sur l’autoroute.  Il fait nuit.  Son père dort sur le siège passager.  Sur la banquette arrière, Mike me regarde dans le rétroviseur.  Concentrée sur la route je ne peux lui lancer que des regards furtifs.  Il réfléchit.  Songeur, il semble perdu dans ses pensées.  Au bout d’un long moment il me dit que pour son anniversaire il veut inviter des filles et qu’il veut danser avec de la musique.  Il me dit que quand il sera grand il voudra aller en boîte de nuit et après aller manger au restaurant.  Il aura une moto et une « porche » et il ira manger des pizzas avec ses copains.  Il habitera dans une maison et il aura un chien.  Il sera policier pour arrêter les méchants et défendre la France.  A sa manière, il illustre sa compréhension du sujet en se projetant vers demain.  J’ai l’impression qu’il digresse et s’échappe d’une conversation qui finissait par le lasser.  Je me délecte de l’enthousiasme qu’il met à décrire son futur peuplé d’amis, de fêtes, de luxe et de simplicité mêlés.  Il n’en finit plus d’inventer un monde fantasmé.  Maintes fois imaginée, cette fiction lui est autant familière qu’elle m’est chimère.

Je souris.  Il ponctue : « et puis je serais vieux moi aussi ! ».  Je suis si fière qu’il ait compris que j’en oublie presque ce que cela signifie… Alors raisonne dans mes oreilles la ponctuation de sa conclusion.  Cet innocent « moi aussi ».  Insignifiant et si pesant.  Comment comparer sa vieillesse et la mienne ?  Physiologiquement identiques elles n’en sont pas moins disjointes.  Toutes deux parlent de s’affranchir pour exister et s’assumer mais alors que j’y était destinée il se trouve contrindiqué dans un monde qui n’autorise que ceux qu’il intègre à braver l’émancipation individuelle. 

Il sourit.  Je pleure.  L’exigence de son autonomie revient tel un boumerang me rappeler la nécessité d’agir.  Je garde pour une autre discussion l’élasticité du temps.  J’aurais bien l'occasion de lui dire que vieillir tient compte du temps passé comme de celui qui reste à vivre.  Aurais-je assez de ce dernier pour terminer le chantier de t’autoriser à bénéficier de ce qui m’était dû de n’avoir à le réclamer ?

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

C\'est très beau et précieux de partager un tel moment ... C\'est bien , pour nous , de percevoir ce que Michael commence à vivre , l\'éveil aux relations amoureuses . Lorsqu\'il te parle ainsi , lorsqu\'il rit aux éclats , c\'est sa prison qui est pulvérisée ...

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
1610 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 1163 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 1247 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Le couvre-jambes de Mandine
  • Démarches Handicap : contester une décision de la MDPH, ce qui change en 2019
  • Relations On a arnaqué mon fils handicapé
  • Emploi Travail et handicap : des droits pour une retraite anticipée

© 2018 Plateforme Hizy