Aller au contenu principal
Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 16 octobre 2018 10:29:00
Blog
461 visites

Alter Dépendance – Le NINJA 

Habitué à prendre de la place, non par choix mais par soi, Mike, à son insu, occupe l’attention et l’émotion.  Autour de lui, le temps ralenti, l’organisation s’affaire, les dispositifs s’empilent, l’anticipation règne.  Tout et tous savent et font ce qu’il faut, comme il faut, parce qu’il le faut.  Héros malgré lui de ces privilèges indus, il bénéficie du statut de celui dans le besoin, l’aidé des aidants, l’enfant protégé, le frère handicapé.  Dans la joie et la bonne humeur.  Dans la colère et la fureur. Béni.  Maudit.  Subi.  Loué.  Ce qui lui colle à la peau nous suit.  Nous soutenons.  Nous patientons.  Nous accompagnons.  Nous comprenons.  Nous espérons.  Nous nous résignons.  Nous persévérons.  Nous oublions.   Nous recommençons encore et encore parce qu’une condition est sans reddition.

Pourtant, lorsque touchés, nous mettons genoux à terre, lorsque blessés nous abdiquons le temps d’une considération échappant à son sort, il s’efface tel un ninja sans prévenir ni signifier l’effacement dont il gratifie ceux qu’il remercie.  Subtil et discret, il sait et fait.  Il sent et entend.  Il voit et comprend ce qui caché s’exprime de s’éprouver.  Tristes.  Contrariés.  Esseulés.  Perdus.  Epuisés.  Désabusés.  Accablés.  Incrédules.  Sans rien dire nous encaissons un nouvel aléa d’une existence contrastée.  Une vie pimentée par les obstacles et les joies, les passions et les désillusions, l’espoir et les drames, l’envie et la réalité.  Une vie pleine de tout, du bien au rien, du vide au pire, du nirvana au quotidien, des saveurs aux aigreurs.  Une vie à deux, puis trois, puis quatre qui font bien plus que ça, sans que nous ne fassions plus qu’un, tout en n’étant jamais nous.  Un couple sollicité, challengé, éprouvé, contrasté mais soudé, loyal, complice, abimé et solide.  Un couple qui s’aime envers et contre tout ce qui se glisse sur son chemin.  Deux êtres réunis d’envies, construits d’histoires, animés d’espoirs tout en étant humains, usés, fragiles et forts de leur union comme de leurs désaccords. 

Une famille de quatre donc, dont la fille complète un dispositif équilibré, aguerri, éprouvé, structuré.  La dernière arrivée.  La première embarquée.  Celle qui perçoit, traduit, parfait, anime, éveille, stimule, critique, bouscule, remue, assourdit.  Celle qui libère, permet, prolonge, porte, peut, part.  Celle qui lutte, s’émancipe, rejette, conteste, entreprend, défie, risque, échappe, affronte, désobéit, cache, chasse, s’oppose.  Celle qui donne, aime, pardonne, soutien, aide, chante, comprend, dessine, écrit, surprend, assiste, admire, réussi, s’embellit.  Celle si jeune et naïve et pourtant si mature et stoïque.  Celle qui de pousser au milieu des ronces dans un terreau d’amour confond la haine et la peur, la violence et l’injustice, le contrôle et le pouvoir.  Notre enfant, pure et innocente, belle et frêle, déguisée en démon par ceux qui ne la comprennent.  Notre trésor perverti de sympathie, jugée d’ignorance, condamnée d’aimer.  La quintessence d’un vécu partagé qu’elle incarne si pleinement qu’elle ne peut exister d’être prématurée.  Prête trop tôt de maitriser les enjeux de demain.  Consciente sans confiance.  Lucide avant d’être capable d’assumer ce que son cœur lui montre mais que ses yeux lui voilent.  Entre le temps présent et le temps qu’il faut, Lola erre dans le dilemme de savoir sans pouvoir, de vouloir sans croire, d’être seule, de choir.

Elle se sent différente.  Elle souffre de l’incompréhension, du rejet, du harcèlement, des désillusions.  Elle hurle en silence un mal qui transforme sa pureté en perversion, son innocence en offense, sa vérité en colère.  Elle s’isole et se blesse.  Elle plie.  Elle tombe.  Nous constatons.  Nous intervenons.  Nous agissons.  La dynamique s’inverse.  Les rôles évoluent.  Les préoccupations changent.  Tout va très vite.  Tout s’agite.  Tout bascule.  Et pourtant, tout tient.  Tout fonctionne.  Tout avance.  Nous venons de retirer les filets de l’univers surprotégé de celui que nous portons au quotidien.  Depuis quelques jours, plus rien ne l’aide.  Rien ne le tient mais rien n’advient.  Il sait.  Il fait.  Il sent.  Il entend.  Il voit.  Il comprend ce qui caché s’exprime de s’éprouver.  Elle se sent seule et différente.  Il l’accompagne et la protège.  En s’effaçant.  En s’excusant.  En retenant les besoins qui l’obligent pour qu’elle guérisse, pour qu’elle grandisse.  Avec et malgré lui.  Ninja présent d’être absent.  Faiblesse coupable.  Force immuable.  Seul le temps résoudra l’équation.  Le temps qui manque.  Le temps qu’il donne.  Le temps qu’il faut pour vivre ce dont seul le vécu délivre.  Le temps d’avance qu’il a sur nous !

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Aujourd'hui , c'est Michael qui s'efface parce que c'est Lola qui souffre ...Ai-je bien compris ? Aujourd'hui , le texte parle aux seuls initiés , je crois ,

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
1343 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 943 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 995 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Emploi Long arrêt maladie et reprise: les pistes à suivre
  • Démarches Qu'est-ce que l'aide sociale facultative ?
  • Démarches Un congé rémunéré pour les aidants dès 2020 (enfin !)
  • Relations On a arnaqué mon fils handicapé

© 2018 Plateforme Hizy