Aller au contenu principal
Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 27 mai 2019 15:49:08
Blog
71 visites

28/05/2019 – J’apprends des choses grâce à Lola…

Tous les weekends, nous nous appliquons au rituel immuable de la lecture.  Depuis presque dix ans, au creux du repos hebdomadaire, l’instant redouté de l’injonction de lire guète notre routine.  Il arrive exceptionnellement qu’une activité inhabituelle nous soustrait à cette discipline.  Cependant, la majorité du temps, nous nous y plions avec acharnement et plus ou moins d’entrain.  Des heures infinies du début aux quarante cinq minutes actuelles, nous avons parcouru un long chemin.   Bataille dont nous sommes fiers et qui porte ses fruits.  De l’impossible annoncé, nous parvenons plus qu’à déchiffrer, à comprendre et apprécier un labeur qu’hier encore n’était que sueur.  Des livres scolaires et techniques où nous apprenions les sons et leur prononciation, nous avons doucement conquis la bibliothèque rose puis verte.  « Scooby-Doo » et « Foot de rue » nous ont bien aidé.  Mike acceptait, encouragé par l’histoire et attiré par ses images, de se soumettre à l’exigence de concentration longue et pénible que lui imposait les prémisses de cet art.  Plus grand, ayant gagné en aisance, il fut plus facile de découvrir d’autres sujets moins familiers.  Le club des cinq n’obtient pas le succès escompté.  Le Petit Nicolas, si.  Mike rit comme un fou en découvrant le discours sans concession de cet enfant polisson et malin.  La sincérité naïve de la narration lui parle.  Il se retrouve dans ces découvertes simples et brutes.  Il aime le pragmatisme sans fioriture de descriptions réalistes et souvent comiques.  Il m’arrive encore de devoir sévir et de gronder pour l’encourager à persévérer.  Pourtant, il semble s’en accommoder et loin d’en sortir KO, arrive à en redemander.

Un dimanche, alors que nous venons de finir le chapitre de la semaine, au lieu de me chasser de sa chambre pour se reposer, Mike me prie de le laisser m’accompagner auprès de Lola que j’allais faire réciter.  Surprise, mon premier réflexe est de refuser.  Il me regarde tristement en me suppliant.  Incrédule, je l’interroge sur ses motivations.  « J’apprends des choses grâce à Lola ! » …  Je ne m’attendais absolument pas à cette réponse limpide et lucide.  Son évidence me laisse bouche bée !  Incapable de réagir, je le laisse me suivre.  Lola nous accueille avec étonnement.  Il est rare que son frère franchisse le seuil de sa chambre pour autre chose que la bagarre.  D’ordinaire agité et bruyant, il parait docile et calme à en être suspect.  Il s’assoit dans un coin sans remuer.  Il dit « je ne vais pas vous déranger ».  Il attend là, concentré et absorbé par les récitations.  Il semble boire les paroles de sa sœur.  Sans jamais l’interrompre, il cligne des yeux et acquiesce de mouvements de tête imperceptibles.  Il enregistre les informations et refreine ses questions.  Nous finissons par oublier sa présence.  Les leçons sont nombreuses, les corrections aussi.  Le temps passe.  Prises dans l’action, nous ne faisons plus attention à lui.  Toujours immobile et attentif, il ne perd pas une goutte de nos échanges.  Incroyable.  Inédit.  Deux heures s’écoulent avant que nous terminions.  Deux longues heures dont je sors lessivée.  Deux longues heures durant lesquelles il n’a pas bougé.  Deux longues heures d’immersion dans un monde qui lui est d’ordinaire refusé.

Il est temps de manger.  Nous préparons le repas.  Mike assis en tailleurs sur le bar de la cuisine laisse échapper les questions qui lui brûlent les lèvres.  Les enseignements s’embrouillent dans un flot de paroles trahissant la soif plus que la connaissance.  Il régurgite ce qu’il avait ingurgité sans digérer.  Les flots d’info n’ont réussi à pénétrer le sol aride de sa jachère.  La friche d’un jardin laissé à l’abandon ne se cultive pas en une fois.  Les « DVD de c’est pas sorcier » ont avivé l’appétit de leurs gourmandises.  Ils le tiennent en haleine en promettant d’apprendre ce qui pourrait lui être donné.  Mais trop peut vient à lui.  Trop peu de ce qui l’intéresse.  Accessible sans l’être, la culture générale ne fait pas parti de son cursus.  Elle arrive bien après les rudiments auxquels il peut prétendre.  Maslow régit un ordre qui le déborde.  Non admissible au second palier, il devrait renoncer au reste et s’en trouver spolié.

Seulement il sait.  Seulement il voit.  Seulement, en dehors de ce qu’il peut, demeure ce qu’il veut.    Discret, il s’exprime peu à ce sujet.  Pas de manière élaborée.  Pas comme nous le ferions.  Il s’empare de l’instant.  Sous forme d’humour.  En rebondissant sur son modèle.  En usurpant ce qu’il connait le mieux.  Son personnage préféré.  Lors d’une discussion, il détourne l’attention alors porté sur Lola dans une tirade pleine d’aveux.  « Ahah, tu vas te marier, avoir des enfants et un chien, travailler et voyager, aller au cinéma et conduire une voiture, t’acheter une télévision et décorer ta maison… ».  Entre rires et pleurs, nous l’observons muets !  Le soin qu’il prend à mettre en scène cette confession de manière comique n’occulte pas la gravité existentielle de son propos.  Là où nous nous rassurions en pensant que de telles préoccupations lui étaient étrangères, il rappelle sans ambiguïté ses aspirations légitimes et universelles dont notre conscience prétendait l’absoudre.  Naturellement.  Sans s’appesantir.  En toute légèreté et avec humour.  Son intention n’est pas de nuire.  Il lui suffit de dire.  L’indicible.  L’inadmissible vérité de ce qui est sans être.  L’évidence du devenir qu’il pressant pour sa sœur contraste avec sa récente résolution de ne pas avoir d’enfant.  Lorsque nous l’interrogeons sur le sujet il admet ne pas se sentir capable d’être policier, marié et de s’occuper d’enfants.  Nous sommes loin du « quand j’aurais des enfants je veux leur apprendre à être heureux ! ».  Que s’est-il passé entre temps ?  L’IME.  Un environnement où l’on apprend une réalité implacable et injuste.  Une société formatée où seul ceux habilités accèdent à l’universalité !   Son exclamation bruyante et sincère déchire encore le souvenir cuisant de cette scène.  Je n’oublie pas.  Je sais.  Il apprend grâce à Lola.  Non seulement les cours.  Plus cruellement le reste !

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Mais il apprend beaucoup plus que nous ne croyons et nous ne pouvons savoir ce qu il saura faire de sa vie avec toutes ses contraintes , ses possibilités et ses envies ... Michael ne cesse de nous surprendre et ce n est pas fini ...

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
1261 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 893 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 944 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Santé et Soins Aide à la toilette : convaincre un proche de se faire aider
  • Détente, Loisirs, Vacances Musicothérapie et handicap : idéal pour améliorer sa communication
  • Emploi Le congé pour longue maladie, comment ça marche ?
  • LET'S DRESS DE NICOLAS

© 2018 Plateforme Hizy