Aller au contenu principal
Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 25 June 2019 07:57:26
Blog
74 visites

25/06/2019 – Je fais pareil….

Nous sommes dans la voiture.  Je viens de gronder Mike et de lui interdire de continuer à regarder l’iPad.  Après lui avoir servi un copieux petit déjeuner, je me suis absentée deux heures le laissant seul avec sa sœur.  Lola devait se préparer car elle était invitée à un anniversaire chez une amie pour le repas de midi et l’après-midi.  Mike avait carte blanche.  C’est rare que nous lui laissions faire ce qu’il souhaite sans imposer de restrictions concernant les écrans, mais il avait été très sage la veille et les vacances approchant, je souhaitais le récompenser et l’encourager à continuer sur cette bonne lancée.  A mon retour, alors que je rangeais les courses, je me rendis compte que la collation du matin ne lui avait pas suffi.  Ignorant l’engagement qu’il avait pris, et signé à la suite d’incidents passés, il avait profité de mon absence et d’être sans surveillance pour vider à nouveau notre garde-manger !  Plusieurs tranches de jambon et un demi-caprice des dieux avaient disparus du frigo.  Le pain sans gluten de son papa n’était plus que miettes éparses sur le bar.  Les fruits avaient disparu.  Un paquet de chips était à moitié fini.  La tentation avait été trop forte et la discrétion n’étant pas son fort, les indices du crime signalaient sa culpabilité aux quatre coins de la pièce…  Un vrai carnage.  Découragée et fatiguée, je n’eu pas la force de m’énerver.  Je confisquais l’iPad et l’embarquais avec moi dans la voiture pour accompagner Lola en lui signalant que je ne lui faisais plus confiance et qu’il n’aurait rien à manger à midi car il avait déjà ingurgité plus qu’il ne lui fallait pour la journée !

Inutile de vous dire que le trajet aller ne fut pas simple.  Il s’en prit tour à tour à sa sœur et à moi.  Profondément attristé et contrarié par la punition, il ne parvenait à dépasser la frustration d’avoir été stoppé dans la délectation des vidéos dont il se régalait depuis 9h du matin.  Ses gestes, de plus en plus violents, finirent par lui valoir un avertissement vocal magistral de sa sœur.  Cette sommation l’arrêta net. Prostré, il fini le reste du chemin replié sur son siège, secoué de sanglots, les yeux trempés de larmes qui inondaient ses joues sans vraiment couler.  Sa tristesse, sa détresse, l’incompréhension et l’impuissance qu’il subissait autant qu’il suscitait plongeaient l’habitacle de la voiture dans un silence pesant.  Incapables de réagir, nous attendions d’arriver pour que Lola se libère de cette oppression et que je puisse aviser de ce qu’il faudrait inventer pour s’extraire de l’impasse abyssale dans laquelle une simple punition venait de nous précipiter.  Situations cocasses après coup mais qui, dans l’instant, enferme les antagonistes dans le doute et l’inertie.  Que faire ?  Raisonner ?  Son comportement irrationnel n’entend ces arguments ?  Punir davantage ?  Il est déjà privé de repas ce midi et d’écran pour le reste du weekend.  Abandonner ?  Alors que nous devons tant l’aider…  Aucune des réactions instinctives, convenant d’ordinaire, ne s’applique à l’équation du moment.  Pensive, je conduis machinalement.  Feignant la concentration, je cherche désespérément une issue.  La musique accompagne ma réflexion.  Elle m’aide à avancer par son rythme et la cadence des phrases qui s’enchainent et m’entrainent.

Jusqu’à ce qu’il coupe le son.  Brutalement.  Sans prévenir.  Je le regarde incrédule.  Il me dit « Je fais pareil ! »  Je n’en crois pas mes oreilles.  Je lui demande de répéter et il me redit exactement la même phrase, avec la même assurance et détermination.  « Je fais pareil ! ».  Je ne saisis pas totalement le sens de son allégation ?  De quoi parle-t-il ?  Mesurant mon incompréhension, il rajoute « je fais comme toi, j’arrête la musique comme tu as coupé l’iPad ! »  Logique implacable bien que simpliste.  Un élément essentiel manque à son raisonnement.  Je n’ai commis aucun méfait qui justifie de cette interruption.  En confisquant son divertissement, je le privais d’une activité afin de sanctionner un comportement inadapté.  J’eu cependant la certitude, dans l’aplomb de son regard, qu’il comprenait parfaitement l’inaptitude de sa mesure.  Il ne prétendait nullement me punir d’une quelconque faute.  Il souhaité juste me faire goûter l’amertume que lui avait laissé l’irruption intempestive de mon intervention dans son amusement.  Loin de se fourvoyer, il venait à ma rescousse.  Conscient de l’incapacité dans laquelle je me trouvais d’élucider l’imbroglio qui nous éloignait, il tentait d’illustrer son mal-être pour que nous nous rejoignions à la genèse du malaise !  Plus subtile que stupide, la lucidité de sa démarche m’interroge depuis sur nos méthodes.  L’aider suppose de le comprendre.  Il nous faut gouter aux frustrations auxquelles il est confronté si nous voulons trouver les moyens de l’en libérer.  Quel merveilleux conseil.  Quel géni.  MERCI !

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

D'abord , nous sommes inqiets ....pris par l'atmosphère de la voiture . Ensuite , "je fais pareil" m'a fait éclater de rire ....Enfin , j'ai pensé que c'est compliqué d'éduquer et comme nous sommes démunis ...même après l'expérience d'une longue vie ! Mais bravo Micky , tu as de la répartie...

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
1338 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 941 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 992 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Démarches Pension de réversion : les questions que personne n’ose poser
  • Relations Accueil familial d’adultes handicapés : un vrai projet de vie !
  • Emploi Le congé pour longue maladie, comment ça marche ?
  • Démarches Comprendre le taux d’incapacité (mise à jour 02/2019)

© 2018 Plateforme Hizy