Aller au contenu principal
Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 07 mai 2019 20:49:43
Blog
193 visites

7/05/2019 – Ne pas dormir

Il est 22h.  Alors que nous regardons le fameux 4eme épisode de Games of Thrones, absorbé par le suspense haletant, des bruits à l’étage nous tire de la fiction.  Mike se mouche.  Pas comme vous et moi.  Il s’acharne.  Soufflant, soufflant et soufflant encore à s’en décoller les poumons.  Je songe amusée qu’il ne parvenait pas, petit, à comprendre le mécanisme du souffle.  Quand il était enrhumé, alors, c’était tout un challenge pour l’aider à « vider son nez ».  Depuis, plus besoin de l’encourager.  Il est devenu maître en la matière.  Le bruit des expulsions violentes suivies de toux et de grognements rageurs nous persuade d’intervenir.  Ses voies respiratoires sont légèrement obstruées.  Il respire, certes avec gène, mais assez pour ne pas être incommodé à la hauteur du vacarme qu’il produit.  J’essaye de le raisonner.  Je l’exhorte à se recoucher.  Je finis par me résoudre à employer la méthode forte et purge ses narines à grand renfort de solution aqueuses.  Il crache et tousse encore plus.  Un hoquet tenace l’assaille.  Son corps secoué par les spasmes remue nerveusement sous la couette.  Je redescends malgré tout, persuadée que les moyens employés auront raison de l’incident.

Deux heures plus tard, il ne dort toujours pas.  En pleure, il vient me voir me suppliant de l’aider à dormir.  Il n’est ni chaud ni froid.  Le front couvert de sueur, il parait effrayé.    Je l’interroge.  Il dit avoir fait un cauchemar et avoir mal au ventre.  Je me couche à ses côtés, pensant vite regagner mon propre lit, certaine que ma présence suffira à le rassurer.  C’est alors que commence une longue nuit sans sommeil.  Incroyable excursion dans la vie de mon enfant, ce proche pourtant si distant quand soudain la conscience de son quotidien me revient.  Il nous est déjà arrivé, lors de forts épisodes de fièvre, de constater à quel point ses nuits sont agitées.  Mais là, c’est autre chose.  Je ne peux m’abriter derrière une maladie virale pour expliquer son trouble.  Le nettoyage musclé de ses voies nasales n’a laissé aucune place au doute.  Sa respiration est un prétexte.  Son mal est plus profond.  Il ne dort pas d’angoisse.  Ses bras s’agitent de haut en bas le long de son buste.  Ses jambes se plient.  Ses pieds se recroquevillent convulsivement relevant la couette par moment.  Il geint.  Il transpire sans fièvre.  Il attend sans dormir.  Il veille sans quiétude.  Ses yeux ouverts ne semblent voir.  Hypnotisé.  Dans un état second.  Il git à mes côtés sans que nous soyons connectés.

Ma main sur son ventre tente d’apaiser la douleur aigue dont il dit souffrir.  Je lui murmure de se calmer.  Je l’incite à respirer de manière forte et prolongée.  Il m’écoute sans parvenir à reproduire ce que je montre exagérément.  Les minutes passent.  Les heures aussi.  Je m’étonne du temps que l’aube met à arriver.  Le noir obscur de la chambre m’inquiète.  Combien de temps encore avant que le jour vienne ?   Je n’ose pas bouger.  Je ne voudrais surtout pas risquer de compromettre l’espoir qu’il s’endorme enfin.  Ses gestes semblent se clamer.  Il s’apaise.  Sa main dans la mienne pèse plus, de plus en plus.  Je commence délicatement à retirer mes doigts.  Sa respiration plus profonde ressemble au repos.  Ça y est il dort.  Avec les plus grandes précautions, je m’extrais de son lit et regagne ma chambre.  Sans fermer la porte, je me glisse sous ma couette avec l’espoir d’y rester jusqu’au matin.  Un soulagement d’aise m’envahit.  Quel bonheur qu’il se soit endormi.  Quel bonheur que l’aube ne soit pas encore là et qu’il me reste quelques heures pour dormir.  Quelle…

…à peine assoupie…. un infime bruissement me sort de ma rêverie.  Mike est là.  Droit comme un « i ».  Au pied de mon lit.  Immobile et silencieux.  Il attend sans bouger.  Me regarde les yeux mouillés.  Plein de détresse, il n’ose réclamer mais ne peut se passer d’une présence pour le rassurer.  Si je ne m’étais réveillée, j’ai la certitude qu’il nous aurait veillés ainsi, le reste du temps qui le séparait encore de nous.  Je me lève en douceur pour ne pas l’effrayer davantage.  Il murmure « merci maman ».  Je le suis dans sa chambre.  Nous reprenons nos places à peine abandonnées.  Les mouvements de son corps ont repris de plus belle.  Ils vont s’atténuer au fil du temps.  Combien d’heures avant le réveil ?  Il fait très nuit !  Il fait trop nuit ?  Le temps passe si lentement dans les insomnies.  Nous reprenons le cours d’un dialogue silencieux.  Attendre que les mouvements diminuent.  Ne pas bouger soi même pour éviter de perturber l’enfant fragile de ne pas se contrôler.  Taire les douleurs des articulations qui réclament un changement de position.  Etouffer l’envie de tousser, d’éternuer ou de bailler qui viendrait compromettre tant d’efforts déjà endurés.  Patienter.  Comprendre.  Aimer.  Une méditation.  Un sacerdoce.  Je replonge dans la veille affectueuse et soucieuse du nouveau-né. Celle qui dure une éternité.  Celle dont il semble que l’on ne sorte jamais.   Celle qui me semblait loin déjà et qui pourtant cette nuit, avec lui, avait la même intensité.  Mon enfant qui n’est plus un bébé.  Cet enfant différent même grand.  Saura t’il un jour m’échapper ?  Saurai-je moi-même le laisser aller ?

L’aube arrive enfin.  Une douce lumière gagne lentement l’espace.  D’un moment à l’autre l’alarme du réveil va sonner.  Il dort enfin.  Je m’échappe sur la pointe des pieds.  Il est l’heure de réveiller Lola.  Il est l’heure de me préparer.  Une nouvelle journée va commencer.  Je n’ai pas encore fini celle qui précède et me suit.  Comment l’oublier.  Son éternité me hante.  Même l’écrire ne m’en libère.

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Est-ce la première nuit d'insomnie ? Michael a t'il raconté aujourd'hui son cauchemar ? Cette nouvelle nuit est-elle apaisée ? Je me suis souvenue d'une nuit d'été où petit enfant je l'avais bercé pour apaiser ses pleurs si longtemps que , impuissante ,j'avais fini par pleurer avec lui ...
Est-ce la première nuit d'insomnie ? Michael a t'il raconté aujourd'hui son cauchemar ? Cette nouvelle nuit est-elle apaisée ? Je me suis souvenue d'une nuit d'été où petit enfant je l'avais bercé pour apaiser ses pleurs si longtemps que , impuissante ,j'avais fini par pleurer avec lui ...
Est-ce la première nuit d'insomnie ? Michael a t'il raconté aujourd'hui son cauchemar ? Cette nouvelle nuit est-elle apaisée ? Je me suis souvenue d'une nuit d'été où petit enfant je l'avais bercé pour apaiser ses pleurs si longtemps que , impuissante ,j'avais fini par pleurer avec lui ...
Est-ce la première nuit d'insomnie ? Michael a t'il raconté aujourd'hui son cauchemar ? Cette nouvelle nuit est-elle apaisée ? Je me suis souvenue d'une nuit d'été où petit enfant je l'avais bercé pour apaiser ses pleurs si longtemps que , impuissante ,j'avais fini par pleurer avec lui ...
Est-ce la première nuit d'insomnie ? Michael a t'il raconté aujourd'hui son cauchemar ? Cette nouvelle nuit est-elle apaisée ? Je me suis souvenue d'une nuit d'été où petit enfant je l'avais bercé pour apaiser ses pleurs si longtemps que , impuissante ,j'avais fini par pleurer avec lui ...
Est-ce la première nuit d'insomnie ? Michael a t'il raconté aujourd'hui son cauchemar ? Cette nouvelle nuit est-elle apaisée ? Je me suis souvenue d'une nuit d'été où petit enfant je l'avais bercé pour apaiser ses pleurs si longtemps que , impuissante ,j'avais fini par pleurer avec lui ...
Est-ce la première nuit d'insomnie ? Michael a t'il raconté aujourd'hui son cauchemar ? Cette nouvelle nuit est-elle apaisée ? Je me suis souvenue d'une nuit d'été où petit enfant je l'avais bercé pour apaiser ses pleurs si longtemps que , impuissante ,j'avais fini par pleurer avec lui ...
Est-ce la première nuit d'insomnie ? Michael a t'il raconté aujourd'hui son cauchemar ? Cette nouvelle nuit est-elle apaisée ? Je me suis souvenue d'une nuit d'été où petit enfant je l'avais bercé pour apaiser ses pleurs si longtemps que , impuissante ,j'avais fini par pleurer avec lui ...
Est-ce la première nuit d'insomnie ? Michael a t'il raconté aujourd'hui son cauchemar ? Cette nouvelle nuit est-elle apaisée ? Je me suis souvenue d'une nuit d'été où petit enfant je l'avais bercé pour apaiser ses pleurs si longtemps que , impuissante ,j'avais fini par pleurer avec lui ...
Est-ce la première nuit d'insomnie ? Michael a t'il raconté aujourd'hui son cauchemar ? Cette nouvelle nuit est-elle apaisée ? Je me suis souvenue d'une nuit d'été où petit enfant je l'avais bercé pour apaiser ses pleurs si longtemps que , impuissante ,j'avais fini par pleurer avec lui ...
Est-ce la première nuit d'insomnie ? Michael a t'il raconté aujourd'hui son cauchemar ? Cette nouvelle nuit est-elle apaisée ? Je me suis souvenue d'une nuit d'été où petit enfant je l'avais bercé pour apaiser ses pleurs si longtemps que , impuissante ,j'avais fini par pleurer avec lui ...
Est-ce la première nuit d'insomnie ? Michael a t'il raconté aujourd'hui son cauchemar ? Cette nouvelle nuit est-elle apaisée ? Je me suis souvenue d'une nuit d'été où petit enfant je l'avais bercé pour apaiser ses pleurs si longtemps que , impuissante ,j'avais fini par pleurer avec lui ...
Est-ce la première nuit d'insomnie ? Michael a t'il raconté aujourd'hui son cauchemar ? Cette nouvelle nuit est-elle apaisée ? Je me suis souvenue d'une nuit d'été où petit enfant je l'avais bercé pour apaiser ses pleurs si longtemps que , impuissante ,j'avais fini par pleurer avec lui ...
Est-ce la première nuit d'insomnie ? Michael a t'il raconté aujourd'hui son cauchemar ? Cette nouvelle nuit est-elle apaisée ? Je me suis souvenue d'une nuit d'été où petit enfant je l'avais bercé pour apaiser ses pleurs si longtemps que , impuissante ,j'avais fini par pleurer avec lui ...
Est-ce la première nuit d'insomnie ? Michael a t'il raconté aujourd'hui son cauchemar ? Cette nouvelle nuit est-elle apaisée ? Je me suis souvenue d'une nuit d'été où petit enfant je l'avais bercé pour apaiser ses pleurs si longtemps que , impuissante ,j'avais fini par pleurer avec lui ...

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
1343 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 943 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 995 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Emploi Long arrêt maladie et reprise: les pistes à suivre
  • Démarches Qu'est-ce que l'aide sociale facultative ?
  • Démarches Un congé rémunéré pour les aidants dès 2020 (enfin !)
  • Relations On a arnaqué mon fils handicapé

© 2018 Plateforme Hizy