Aller au contenu principal
Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 12 février 2019 18:15:54
Blog
459 visites

12/02/2019 – Plus ou moins …  

Tout est une question de perspectives.  Habituée à voir les choses différemment, j’oscille entre confort et vertiges dans un cadre mouvant que le sort s’acharne à tordre.  Optimiste et volontaire, j’accepte les déviations pour construire, dans leur lit, une histoire différente et digne.  Les contours se durcissent et créent un nouveau bord qui limite et contient ce qui aurait pu nous détruire.  Un instant apaisé, nous prenons les mesures de ce nouvel espace.  Nous nous y sentons bien.  La confiance revient.  L’obstacle est surmonté, reste à le dépasser.  Construire.  Avancer.  Dans cette réalité, hier encore ignorée, devenue nôtre par le fruit du hasard ; nous adhérons au concept de notre nouvelle existence de lui donner un sens.  Investis.  Convaincus, sans militer, nous accompagnons ceux moins résilients ayant du mal à percevoir l’espoir dans ces dédales.  Forts.  Soudés.   Fiers d’avoir accepté.  Nous nous projetons sereins vers demain.  La dissonance devient richesse plus qu’offense.  L’avenir sourit d’inventer d’autres pistes du devenir des possibles.  Dans cinq ans…. 

Au beau milieu du rêve, une voix s’élève.  Sourde et stridente, elle crève les yeux sans faire de bruit.  Discrète tout en étant flagrante, elle permet de l’ignorer pour n’être contrariée.  En silence, elle avance.  En silence, elle s’exerce.  Diabolique innocence permise d’être possible.  Du désert de l’ennui et de l’envie de flemme ; un trop plein de potentialités devient incapacité.  A vivre parmi ceux qui ne nourrissent sa quête.  A donner au-delà de ce qui peut se prendre.  A apprendre autre chose que ce qui sut, suffit.  A se reconnaitre dans un univers faisant l’apologie d’une intelligence opposée à la sienne.  Plus ou moins, sur le curseur invisible d’un jugement stérile.  Plus ou moins de ce qui rend l’humain différent de l’animal, supérieur, dominant.  Plus ou moins, du moyen plus que du résultat.  L’intelligence érigé en fin perd ceux qu’elle habite et qui ne savent qu’en faire. 

Alors, l’infiniment gâtée rejoint ceux que l’on dit « ratés ».  Le plus devient moins.  Les mécanismes cérébraux impatients de prouver leurs potentialités, encore trop immatures, élaborent les stratégies de plaisirs instantanés.  La gratification arbitraire et brève.  Le coït animal d’une vacuité abyssale.  Jouir sans suffire.  Au détriment d’autrui.  Entrainant l’escalade du toujours plus de l’addiction.  Un piège infernal duquel nul ne s’achape seul.  Un puzzle fait de miettes parsemées pour n’être rassemblées.  Une vérité multiples qu’un caméléon habile arrive à camoufler de se disperser.  Une fuite en avant.  Une course contre la montre dont nul ne sort gagnant.  La supériorité du moment ne comble le temps passé à la gaspiller.  Pendant ces jeux, l’heure tourne, les jours passent et avec eux l’enfance s’efface.  L’âge gagne aggravant les enjeux.  L’inertie lascive du moment fera sa perte dans le temps.    Lui dire ?  La prévenir ?  Interdire ?  Contrôler ?  Les ressorts activés pour accompagner son ainé ne ressemblent en rien à ceux qu’il va nous falloir déployer pour l’aider !  

Du plus au moins, écartelés d’un extrême à l’autre, nous sommes sonnés par cette réalité.  Cahots de voir l’immense défi de cette nouvelle épreuve.  Nous ne saurions privilégier l’un par rapport à l’autre.  La mansuétude dont nous avons fait preuve envers lui doit nous inspirer pour elle.  A nouveau les pourquoi reviennent ?  A nouveau ce découragement initial, celui qui face au mur murmure l’abandon.  Les sirènes perfides du fuir chantent de sombres oracles.  Nous ne devons les écouter.  Nous ne pouvons céder.  Cet obstacle n’en est qu’un de plus.  La vie en est semée.  Le mirage du plus au moins doit être dépassé.  Il confond le sens de notre engagement.  Leurs difficultés, diamétralement opposées, ajoutent à la confusion.  Plus ou moins, peu importe.  Seuls elle et lui comptent.  Deux êtres intrinsèquement différents dont nous sommes le trait d’union.  Parents aux personnalités affirmées, il nous faut assumer ce mélange.  Alors, ni plus que moins, nos forces et richesses assemblées forment des individualités complexes d’être complètes.  Uniques.  Libres.  Il nous faut les aimer pour qu’elles s’acceptent telles qu’elles sont.  Réconciliées avec elles-mêmes, elles sauront exister parmi d’autres.   Ni plus ni moins.  Depuis le début, tout est dit.  L’arbre cache souvent la forêt.  Ni handicap.  Ni potentiel.  Ces étiquettes impropres occultent leurs vérités.  Ni plus ni moins.  Eux tout simplement. 

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

L'aider à se trouver , à se connaître , à savoir , à choisir , à vouloir ... Ne plus s'évader et faire face car il est toujours temps de construire sa vie si l'on sait que rien n'est facile et que le voyage , s'il est organisé , sera beau ...

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
1512 visites 12 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 1080 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 1152 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Démarches AAH dans le futur revenu universel d’activité : les associations disent Non !
  • Meuble d'aide pour le transfert au sol
  • Démarches Un revenu universel d’activité remplacerait l’AAH d’ici 2023
  • Démarches Comprendre le taux d’incapacité (mise à jour 02/2019)

© 2018 Plateforme Hizy