Aller au contenu principal
Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 29 janvier 2019 11:38:43
Blog
57 visites

29/01/2019 – Sa curiosité

Elle commence dans l’actualité.  Insatiable, il écoute et scrute la moindre information.  Les faits divers viennent nourrir son ambition policière.  La politique le fascine.  L’économie l’inquiète.  La culture l’intéresse.  Tel une éponge, il écoute sans un bruit un flot de paroles continue dont il semble apprécier chaque seconde.  Attentif et patient, il reste assis de longues minutes.  Ses jeux d’ordinaires bruyants sont étonnamment calmes.  Son hyperactivité latente sommeille.  Une bulle de bien être l’entoure et le protège.  C’est son rapport au monde, sa fenêtre sur cour, son voyage dans l’espace et le temps.  Il arrive qu’il commente tel ou tel détail.  D’un éclat de voix soudain ou d’un grognement, il marque son acquiescement ou son désaccord.  Il ne subit pas l’instant.  Il s’en délecte.  Il apprend.

Une fois empli de toutes ces informations, il part à l’aventure de l’autre.  Fier de ses anecdotes, il s’en sert comme accroche dans la conversation.  Il interpelle.  Il interroge.  Il trouve toutes les astuces pour distiller ses histoires en fonction des appétences des uns, pour lancer des débats chez les autres… Elles sont ses munitions dans un environnement hostile à sa différence.  Privé de points communs, il utilise les « news » comme des traits d’unions.  Nous partageons tous l’actualité.  C’est notre quotidien.  Une réalité dans laquelle il se trouve au même titre que nous.  Un univers neutre.  Un lieu de rencontre propice.  Un endroit entendu où il peut s’exprimer.  Ses ressentis.  Son interprétation.  Il a droit au chapitre d’y être par défaut.  Il s’en saisit.  Il n’a pas peur.  Conscient que son avis vaut celui d’autrui, il use et abuse du cinquième amendement !  Sa liberté d’expression l’honore, plus par la pugnacité qu’il met à l’exprimer que par l’absurdité qui le condamnerait à se taire.  Démarche proactive plus que revendicative.  Il parle de ne comprendre pourquoi il en serait autrement.  Sur ces sujets, sa différence lui échappe.  Il se sent notre égal et parait tel dans l’aisance et l’insouciance de ses allocutions.  Aucune gène à prendre la parole.  Des remarques pertinentes, variées et à propos.  Un débit régulier.  Des arguments crédibles.  Une réflexion certaine.  Un intérêt indéniable.  Une citoyenneté pleine.

Puis d’apprendre il veut comprendre.  Convaincu de la richesse de ces savoirs pour exister dans une réalité lui offrant peu d’activités, il investi d’autres domaines de connaissance.  Le web et sa multiplicité de sujets.  De liens en liens, il alterne entre dessins animés puériles et documentaires.  La versatilité de la navigation sur internet le comble.  Dans son déséquilibre permanent, il dévore des heures d’histoires, toutes plus variées les unes que les autres.  En globetrotteur de la toile, il ne s’arrête jamais plus que le temps d’une pause.  Son appétit grandit au fur et à mesure des découvertes.  Ouvert à toutes, il accueille chaque nouvelle en espérant la prochaine.  Mais il arrive que les formats grand public de ces vidéos ne soient pas toujours adaptés à ses capacités.  Il arrive qu’il se perde de ne décrypter le fond dans une forme trop sophistiquée.  Il accepte certains reportages en langue étrangère lorsque les images lui suffisent.  Mais n’adhère aux discours d’experts qui, hors de la narration, énumèrent leur science et lui font perdre le sens.  Sa quête dépasse l’abrutissement coupable d’adolescents captifs refusant les efforts de l’échange pour la facilité du virtuel qu’ils consomment sans modérations.  Son père déjà en son temps clamait utiliser le multimédia pour se cultiver.  Il lui ressemble et l’imite.  Mike se cultive de dévorer l’infini connaissance accessibles en un clic.

Alors, lorsque scrupuleux de l’éduquer comme il se doit, désireux d’être de bons parents protégeant leur progéniture des méfaits d’une exposition trop importante aux écrans, nous retirons l’accès internet ; il se réfugie dans « c’est pas sorcier ».  Si la lecture lui été plus aisée, je pense qu’il s’y mettrait.  Mais faute de cela, il n’abandonne pas.  Je le trouve installé sur le tapis du salon, une pile de DVD à ses pieds, à la manette de la Xbox paternelle, il « mix » les sujets comme un DJ la musique.  La construction de Paris et la baron Haussmann.  L’apparition de l’agriculture avec la sédentarisation de nos ancêtres.   Les enquêtes de la police scientifique bien entendu.  Les éruptions volcaniques.  L’énergie cinétique.  Le magnétisme.  Il connait les dialogues par cœur.  Il visionne et visionne les épisodes comme un élève apprendrait une leçon.  Il puise dans ce média l’inspiration et la matière de ses prochaines conversations.  Il étudie et demande, pour cela, que nous respections sa concentration.  « Tu ne vois pas que je travaille maman » me dit-il un jour alors qu’en rentrant à la maison je faisais irruption bruyamment dans son espace !  Notre salon !  Il arrive qu’il teste ses connaissances le soir lors du repas.  Lorsque la conversation familiale lui en laisse l’occasion, il risque une allusion.  Sa joie, si le sujet fait mouche, irradie son visage et fait battre ses bras.  Il rayonne d’arriver à détourner le cours du moment dans sa direction.  S’il échoue, en le couchant, dans l’intimité de l’instant privilégié où je viens l’embrasser, il me dit : « est ce que je peux poser une question ? »  J’acquiesce et alors les mots se précipitent si vite qu’il a du mal à tout dire.  En un temps record, il livre la synthèse de ce que sa curiosité assoiffée lui a permis de récolter dans la journée.  Puis il s’endort épuisé de tant d’efforts.

Curieux il conquiert des domaines qui ne lui seraient pas naturellement proposé.  Curieux il s’approprie ce dont son statut de déficient intellectuel aurait pu le priver.  Curieux il me fait penser à ces frères qui parcourent chaque matin des kilomètres à pieds pour se rendre à l’école et apprendre au prix d’efforts surhumain alors que l’un doit transporter l’autre handicapé moteur dans une chaise roulante de fortune.  L’accès au savoir est un droit universel auquel nous aspirons tous.  Nous vivons une époque où internet libère son accès tandis que nos pratiques éducatives le condamnent !

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Du bon usage des nouvelles techniques ... Pour certains , un abrutissement ; pour Michael , une ouverture sur ce qui lui est refusé dans notre monde , une liberté , un enrichissement sans limite , un grand bonheur de sa vie d'adolescent , un superbe moyen d'échange et de partage avec nous ...

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
1035 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 712 visites 7 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 756 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Relations On a arnaqué mon fils handicapé
  • Emploi Comment ça marche le mi-temps thérapeutique ?
  • Santé et Soins Cannabis et épilepsie : une solution pour les forme plus sévères ?
  • JOUETS ÉLECTRONIQUES ADAPTÉS

© 2018 Plateforme Hizy