Aller au contenu principal
Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 19 septembre 2018 15:07:04
Blog
1444 visites | 2 partages

18/09/2018 – « Ce ne sont pas tes affaires ! »

Tel est le nouveau cri de guerre de Mike.  De plus en plus fréquent dans son élocution, cette allocution revient constante et déstabilisante.  Oui, ce ne sont pas nos affaires et pourtant !  Comment t’aider si nous ne savons pas ?  Comment comprendre si tu nous caches ce que tu traverses de jours en jours ?  Mike est dur au mal et au malheur.  Mike est secret d’endurer ce que nous ne saurions peut-être pas supporter.  Mike est conscient et habile pour dissimuler ce qu’il sait tout en montrant ce qu’il veut.  Mike est complexe, plus par son esprit et sa malice, que par sa pathologie.  Mike est Mike et ses affaires le regardent.  Il entend qu’il en soit ainsi et pas autrement.  Il proclame le droit à l’indépendance et s’octroie la liberté d’en jouir quitte à nous spolier. 

J’admire cette force de caractère le hissant au-dessus de sa condition de patient.  J’aime cette détermination et les convictions qui le poussent à taire ce que d’autres s’empresseraient de reporter se victimisant en chemin.  Je reconnais son père.  Je perçois aussi un peu de ma colère.  Je sais ce qu’il endure.  Je vois ce qu’il supporte.  J’appréhende ce qu’il ressent.  J’imagine ce qu’il comprend.  Je redoute ce qu’il déduit.  Je constate qu’il nous cache ce qu’il considère comme ses affaires ou qu’il prétend tel pour nous en disculper.  Etrange enfant, démuni par naissance, et pourtant tellement conscient de l’autre à son égard, qu’il oublie ses déboires pour secourir les mains qui le portent sans compter.  J’observe sa discrétion.  J’apprends de ses sollicitations.  Je constate combien son entourage nourrit sa vie d’histoires qu’il s’approprie, d’images qu’il emprunte, de mots qu’il détourne, de sons qu’il imite, d’avenirs qu’il entrevoit, d’un futur qu’il appréhende.  Il écoute attentif.  Compare, sans doute, ce qu’il entend à ce qu’il vit.   Puis conclu « ce ne sont pas tes affaires » du verdict de celui qui juge incongru d’exposer ce qui détonne et pourrait choquer. 

Il ne demande rien ou presque rien.  L’iPad.  La télé. Des DVD.  Le Journal de Mickey.  Un jardin.  Des feuilles mortes.  Des pailles.  De quoi manger.  Qu’on l’écoute, de temps en temps.  Qu’on le laisse tranquille, souvent.  Simple et dépouillée, son existence parait lisse.  Déchargé des soucis d’organisation, de planification, de prise de décisions ; il se laisse guider et consent les efforts qui lui sont demandés après avoir résisté.  En apparence tout fonctionne.  Il veille à ce que la surface reste plane.  Il dissimule ce qui pourrait perturber cette placidité.  Loin de subir la situation, il se l’est depuis longtemps appropriée.  Son intelligence émotionnelle exceptionnelle lui permet d’appréhender, sans maitriser, des vérités qui nous parviennent longtemps après.  Aux premières loges de sa destinée, il patiente confiant en notre détermination à l’aider.  Il arbitre, de son retrait, les situations auxquelles il est confronté et décide, sans concerter, ce qu’il juge apte à être communiqué.  « Ce ne sont pas tes affaires » n’a rien de spontané.  Sa démarche est réfléchie et assumée.  Derrière l’innocence de ses jeunes années, se cache un être lucide. Sa naïveté supposée nous rassure, car elle permet de ne pas imaginer, ce que serait sa vérité s’il agissait consciemment. 

J’ai d’abord cru à une blague.  Mike est coutumier du fait.  Il plaisante régulièrement en saisissant une expression qui devient de l’humour récurrent.  « Ce ne sont pas tes affaires ! » aurait pu rejoindre « ton plan tombe à l’eau » ou « désolé monsieur » sur l’étagère de ses expressions favorites pour faire rire.  Mais non.  L’insistance avec laquelle cette allocution revient, et la précision de son utilisation, la dissocie totalement des autres citations.  Mike signifie réellement ce qu’il avance dans cette phrase.  Il cache.  Il protège.  Il dissimule ce qu’il entend gérer seul.  Ce ne sont pas des bêtises qu’il s’empresse, par ailleurs, de nous raconter.  Ce ne sont pas des choses pudiques, qu’il lui arrive discrètement de porter à notre attention, pour que nous l’aidions à comprendre quelques débauches d’émotions.  Ce sont des tranches de vie, des expériences qui le bâtissent, l’endurcissent, le façonnent et dont nous sommes exclus.  Souhaite-t-il nous préserver ?  Par la nature de tout ce qu’il nous est donné de partager avec cet enfant extraordinaire, je suis certaine qu’il ne s’agit pas d’un jardin secret qu’il voudrait préserver en guise d’intimité.  Je ne veux pourtant pas le contraindre à raconter ce qu’il omet de dire.  J’ai confiance en son jugement et apprécie trop ses autres confidences pour risquer de tout perturber.

« Ce ne sont pas tes affaires » entame le plaidoyer de son autonomie.  Premier pas par lequel il s’affranchit de nos liens.  J’appréhende autant que j’apprécie ce que cela signifie.  Je sais déjà que, sur la route de son émancipation, j’ai autant de chemin à parcourir pour le laisser aller qu’il en a pour partir.  Il me faut accepter.  Il lui faut avancer.

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

C'est très beau ... Michael est un enfant différent , mais c'est aussi un enfant comme les autres ...

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
2942 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 2208 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 2506 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Bouée siège ado et adulte
  • Démarches Tutelle ou curatelle entre frères et sœurs, une solution possible !
  • Relations Tâche de l’auxiliaire de vie (AVS) : ce qu’on peut demander ou pas
  • Démarches Pension de réversion : les questions que personne n’ose poser

© 2018 Plateforme Hizy