Aller au contenu principal
Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 24 décembre 2019 16:38:08
Blog
91 visites

24/12/2019 – … laisse faire l’expert…

La veille de Noël, nous mangeons tous les quatre à table une soupe de légumes pour nettoyer nos estomacs avant le marathon alimentaire des fêtes.  Frustré de la frugalité du repas, Mike s’apprête à se servir une copieuse part de fromage sur une non moins grande tranche de pain. Il salive en imaginant ce qu’il va engloutir. Il se rue sur l’emballage et s’en saisit brusquement. Déchiquette le papier plutôt que de le déplier minutieusement. L’envie de se saisir de ce qu’il contient est trop forte. Sous l’impulsion, il subit sans contrôler l’enthousiasme de sa faim. Un bout arraché au bloc entier, impatient de déguster, il jette ce qui reste dans le contenant froissé. Le tout ne sait plus entrer dans le carton bien ajusté du début. Difforme. Débordant de toute part. La boite abandonnée au milieu de la table le laisse indifférent. Il engouffre sans vergogne le semblant de sandwich qui contient plus de crème que de mie. Sa jubilation sans hésitation occulte l’embarras qu’il devrait éprouver. Aujourd’hui, comme chaque soir en rentrant de l’école, nous retrouvons cette scène de crime bâclée. Naïveté. Spontanéité. Manque de discernement ou incapacité. Il n’efface les indices de ses délits répétés. Nous suivons à la trace les méfaits de sa boulimie.

J’ose l’interpeler dans cet instant privilégié. Mécontent de l’interruption, il refuse d’obtempérer en objectant « laisse faire l’expert ». Entre l’éclat de rire et la stupéfaction, je m’interromps rejointe par son père et sa sœur saisis par l’aplomb de son affirmation. Habitués à l’entendre nous asséner des répliques dont lui seul a le secret, nous connaissons sa répartie. Nous ignorions son assurance. La confiance en soi que suppose ce verdict étonne parce qu’elle détonne. Souvent classé dans la division de l’inaptitude par l’étiquette impropre de son diagnostic d’handicapé, il doute de lui ! Amené à demander de l’aide pour réussir, il dépend plus qu’il domine. D’ordinaire humble et hésitant, il n’a jamais proféré un tel jugement le concernant. Conscient de notre circonspection, il réitère en escaladant « laisse faire le génie ! » …Plus possible de se méprendre sur son intention. C’est de l’humour sciemment choisi. Une passe d’escrime bien assurée. Il a fait mouche. Nous sommes touchés ! Sans avoir aucune excellence dans l’art de la confection de tartine ni dans celle du conditionnement des aliments ; il est bien, tel qu’il le prétend, le plus habile dans sa catégorie.

Un expert.  Un génie. Quelqu’un passé maître dans l’art de déguiser par l’espièglerie l’étendue de ses messages. Un ascète d’introspection dont la force intérieure discrète déroute ceux qui se fient au coffre brut qui la contient. De bruits en gestes disharmonieux, il maitrise plus que son apparence esquisse. Il se rit de ce que je fuis. Dans ma quête de perfection j’oublie l’essentiel de l’éducation. Peut importe ce qui dépasse. Seul compte l’autonomie. Il me faut le laisser essayer, échouer, recommencer, puis arriver même si ce n’est pas parfait. Il sait avant moi le prix de sa réussite. Il m’a devancé d’avoir accepté son tribut. Son expertise réside dans la résilience non feinte de l’acceptation de sa condition. Il est le roi de son univers. Toutes mes tentatives pour m’en approcher ne remplaceront jamais son savoir inné. Il a désormais l’âge de me l’enseigner. Je pensais bêtement qu’à cause de sa spécificité, la bascule de l’enfant à l’aidant serait retardée. Je m’apprêtais à l’accompagner au-delà de sa maturité. Je me rends compte, par bribes de plus en plus fréquemment, qu’il sait bien plus que son âge ne le laisse penser. Le tact dont il use pour m’en persuader n’a pas d’équivalent. Seul ces être doués d’hypersensibilité sont capables de vous préserver alors que vous prétendez les assister.

Plus que les qualificatifs qu’il emploie, le verbe utilisé retient mon attention : « Laisse faire ». Il demande ce que tout adolescent souhaite. Il veut exister. Tel qu’il est. Avec ses forces et ses faiblesses. Comme n’importe quel individu. Loin de m’inculquer cette réalité abruptement, certainement conscient du lien fragile qui nous uni, il privilégie l’humour pour aciduler son message. Je repense à la violence de mes propres mots à son âge. La négligence dont j’ai fait preuve envers ma mère. Les souffrances que tous ont dû endurer pour que je sorte encore et toujours de ce moule qui m’avait protégé. Il est sans conteste bien plus doué que je ne l’ai été. Je ne saurais d’ailleurs rien lui enseigner en la matière. Une fois de plus, j’ai cru savoir à tort. L’ironie de la situation me pousse à de sa réplique rire à mes dépends. Il me porte depuis si longtemps. Plus il grandit. Plus je vieillis. Plus les enjeux croient. Plus j’y crois. Il sait. Il me faut lui faire confiance. Voilà !

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Superbe ... Quel talent et quelle leçon !! Etonnant et formidable Michael , quel cadeau ton expertise ...

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
1782 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 1244 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 1341 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Relations Auxiliaire de vie : ce qu’on peut leur demander ou pas !
  • Emploi Carrière et handicap : quels métiers pour dyspraxiques ?
  • Démarches Comprendre la prestation de compensation du handicap (PCH) (mise à jour 02/2019)
  • Emploi Congé du proche aidant : ce qu'il faut savoir

© 2018 Plateforme Hizy