Aller au contenu principal
Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 07 juillet 2020 11:35:22
Blog
95 visites

7/07/2020 – L’impossible possible !

Il voulait inviter un copain à dormir. Quoi de plus normal ? Jusqu’à ce que ça tourne au drame… une histoire banale pour qui vit dans cette différence. Une injustice de plus qui illustre le handicap. La difficulté de faire ce qui pour d’autres est ordinaire. Depuis plusieurs semaines, Mike me demandait d’inviter un de ses amis à la maison. Une requête légitime étant donné son âge, la période estivale synonyme d’anniversaire et l’accentuation des absences de sa sœur sollicitée de toute part pour des sorties improvisées. Pas évident de résister même si j’aurais dû plus murir le projet. Assaillie moi-même par le rythme accéléré d’une reprise précipitée avant l’été, j’évalue rapidement mes chances d’y arriver et saute sur la première opportunité. Des voyants rouges clignotaient pourtant. Une histoire controversée. Des souvenirs mitigés. Une connaissance ignorée. Puisque Mike pardonne le passé, je m’abuse et oublie ce que je sais. L’occasion est trop belle. Le rendez-vous est fixé. Je jubile de lui annoncer. Les jours s’égrènent avant la date rêvée. Le moment vient. Il arrive et le fantasme devient réalité.

A midi pile, sa maman et lui sonnent à la porte d’entrée. Pas évident pour Mike de contrôler son excitation. Nous nous installons pour discuter. La période d’apprivoisement vient de commencer. Autour d’un verre sur la terrasse, les émotions se tassent. Les pulsations se calment. Chacun prend ses marques. Nous savons comment installer le décore pour permettre l’accord. Rassurée, la maman s’en va. Nous mangeons sans encombre. Il fait beau. Nous sommes dehors. Les discussions fusent. Je commence à me détendre. J’ai eu tord de m’en faire. Ils sont grands. Tout va bien se passer. Comme avec cet autre ami venu passer un après-midi. C’est l’heure de les laisser tous les deux.

Au début je les entends parler. Puis je m’aperçois que les voix se sont tues. J’entrouvre la porte et les trouvent séparés. Chacun dans leurs coins, ils s’ignorent. Dans 12 mètres carrés. Alors qu’ils n’attendaient que cette occasion de goûter aux joies de se retrouver, comme tous ceux dont ils entendent parler, qui s’invitent et jouissent de la complicité qu’il est commun d’appeler l’amitié. Ils sont plus démunis qu’ennemis. Incapables d’inventer l’interaction de leur imagination, ils constatent hébétés l’échec de ce qu’ils espéraient. J’interviens sans vouloir les spolier. Je suggère un jeu, un sujet, des activités sur le fil d’une temporalité qu’ils ne semblent pas même apprécier. Je repars songeuse. Incertaine d’avoir réussi. Triste de constater l’impasse. Lasse de ne comprendre l’issue. Après quelques minutes de répit je dois à nouveau intervenir. Il me faut réprimer les excès. Contrôler les accès internet en introduisant des nuances trop complexes pour être assimilées. Pour ne pas tout interdire, j’autorise le bruit de tubes assourdissants. Une culture pop accessible et nuisible. Une soupe facile à ingurgiter qui a le mérite de feindre l’appartenance à un courant majoritaire dont ils sont exclus par ailleurs. Vient l’heure du gouter. Tous les deux en surpoids, je les regarde avaler goulument les quelques gâteaux et bonbons préparés pour l’occasion. La nourriture les rassure. C’est un plaisir facile. Ils s’en délectent avant le foot et les jeux vidéo qui permettent d’oublier le reste. La journée se termine en douceur. Je m’autorise l’évasion. D’abord au sport. Puis en soirée. Brendan s’occupe d’eux, tout va bien se passer…

Il me faut rentrer précipitamment. La situation a dégénérée. Les frustrations accumulées n’ont pu être évacuées. Leur somme, trop lourde à porter, vient d’exploser. La violence s’en est mêlée. Vecteur salutaire ou offense condamnable ? Sans jugement, nous tentons seulement d’apaiser les tensions. Bien qu’assistés, ces hommes en devenir possèdent la force de leur maturité physique. Une ébullition permanente alimente le feu de leur énergie vitale. Les poings serrés. Le torse en avant. Les yeux exorbités. Le ton monte sous leurs regards mouillés. Sans comprendre ce qui leur arrive, ils ne maitrisent l’issue de la dérive. Nous ne sommes pas trop de deux pour les contenir. Il faut briser l’engrenage. Isoler pour étouffer l’énervement. Ecouter pour limiter l’isolement. Accepter leur souffrance sans savoir la résoudre. Apprendre l’infinie tristesse qu’ils incarnent sans savoir la dire. Je me retrouve sur le lit de l’ami. A ses côtés je chuchote des mots sucrés. L’amertume envahie l’espace. Seule la douceur semble la dissiper. Il parle d’injustice. Il ressasse les blessures présentes, passées et futures de sa condition. Conscient mais impuissant. Il est pris dans les murs de verre d’un espace qui les contient sans les comprendre. Avec le temps il finit par céder. La nuit l’enveloppe d’un calme retrouvé. Je le laisse dormir. Une brève visite dans la chambre de Mike ne laisse rien présager de suspect. Il cache ce qu’il ne sait exprimer. Sans doute blessé par ce qui vient de se passer, il n’aspire qu’à se reposer. Un baiser sur le front en guise de compréhension, je l’abandonne à la nuit sans autre explication. Quand il sera prêt à parler, je saurai l’écouter…

Au réveil la vie reprend son cours. Trop occupée pour résoudre ce qui s’est passé, elle l’oublie jusqu’à la prochaine fois. L’impossible possible de ceux qui voudrait faire comme les autres alors qu’ils n’y ont droit. Parce qu’il ne suffit pas de vouloir pour y arriver. Le handicap c’est la difficulté de faire ce qui pour d’autres est ordinaire. Le savoir ne le rends pas plus facile…

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Ce fut difficile...mais ils l ont fait ! La prochaine fois , il se préparera parce qu il sait . Et ce sera mieux ...

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
2284 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 1637 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 1746 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Démarches Un revenu universel d’activité (RUA) remplacerait l’AAH d’ici 2023
  • Mobilité Bricoler un hoverboard pour fauteuil roulant
  • Santé et Soins LA CANNE À PÊCHE VIBRANTE
  • Relations Tâche de l’auxiliaire de vie (AVS) : ce qu’on peut demander ou pas

© 2018 Plateforme Hizy