Aller au contenu principal
Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 31 décembre 2019 17:55:29
Blog
73 visites

31/12/2019 – Shut up !

En plein repas de famille, alors que la discussion en anglais bat son plein, une voix s’élève : « shut up ! ». C’est Mike qui essaye de se faire entendre au milieu du brouhaha général. Dans de telles circonstances, d’ordinaire, lorsque la conversation dans la langue de Shakespeare l’insupporte, il a coutume d’utiliser l’humour pour interrompre les débats. Sa réplique favorite est alors « nous sommes chez Macron, pas chez Trump ! ». Peu résiste à cette plaisanterie spontanée. Féru d’actualité, il sait capturer et réutiliser les noms de personnalités pour agrémenter ses blagues et servir son effet. Ce soir-là, il ne prit pas l’humour parce qu’au lieu de stopper l’utilisation de l’anglais, il voulait s’y associer. L’amie de sa cousine ne parlant que cette langue, nous avions prévenu qu’une partie du repas serait consacrée à l’invitée pour qu’elle comprenne les propos échangés.

Nous nous en étions par avance excusés auprès de Mike qui, bien que comprenant la majorité des mots, n’aime vraiment pas ce dialecte qu’il a du mal à parler. Nous savons que cela rajoute à ses difficultés d’expression et essayons de lui épargner cette contrainte supplémentaire. Il avait accepté et restait silencieux depuis plusieurs minutes. Concentré. Suivant avec attention les échanges engagés. Il semblait patienter avant d’intervenir. Assise en face de lui, je l’observais le plus discrètement possible. Quelle ne fut pas ma surprise quand, tout d’un coup, je l’entendis imposer le silence ! Stupéfaite, j’observais autour de moi les antagonistes qui auraient pu être offusqués de cette audace inopinée. Pris au dépourvu, personne ne releva l’impolitesse et l’objectif initial de son interruption fut atteint sans trop de dégâts. Il prit la parole, en anglais. « You are fached ! » Il nous fallut un temps d’adaptation pour comprendre, qu’il essayait d’utiliser l’idiome de la conversation puis pour déchiffrer ce qu’il entendait dans son franglais ! Alors que nous débâtions sur le niveau d’autorité des parents attablés qui se voyaient attribuer un score de un à dix par les enfants présents ; Mike souhaitait lui aussi participer à la notation. Son verdict n’avait qu’un seul jugement certainement limité par sa capacité d’expression. Tous les adultes étaient « fached » c’est-à-dire grumpy !  

Passé l’amusement, l’ensemble des convives le félicitèrent pour ses efforts d’intégration. Il tenta de continuer. Il trébuchait sur chaque mot et agrémentait ses phrases de plus de « heu-heu » que d’anglais. Il captait toute l’attention. Son enthousiasme nous ravisait. Je ne sais pas ce que l’amie londonienne de Joséphine retiendra de ce cadeau ? Je pense que sa grand-mère, son parrain et ses cousines s’en souviendront longtemps. Je sais que son papa, sa sœur et moi-même ; conscients de ses capacités exceptionnelles d’empathie autant que de sa volonté farouche de se surpasser ; n’en finissons pas de nous laisser surprendre par sa faculté d’intervention. Tapis dans l’ombre de nos vies. Souvent silencieux. Parfois absent. Il parvient si souvent à surgir là où nous ne l’attendons pas. Par l’humour. A contre-emploi. Dans un exploit tel que celui-là. Sans prétention. Naturellement. Innocemment. Consciemment. Patiemment. Pertinemment. Précisément. Il nous rappelle son existence. Son potentiel. Ses compétences. Sans revendication. Ni prosélytisme.

Ces manifestations ne s’adressent à personne. Elles sont son mode de vie. Son rapport au monde. Sa vérité. L’expression de sa personnalité. L’étendue de ses capacités lorsqu’elles peuvent d’exprimer. De brèves ouvertures sur la complémentarité de ceux dont notre uniformité dans la normalité brime l’expressivité. La richesse d’un monde caché qu’il nous reste à découvrir. Un teaser destiné à nous alerter sur les trésors enfouis dans l’ignorance de notre indifférence. Une incitation à se taire. Des indices intrigants promptes à convaincre à condition que nous leur portions attention. Une brèche dans nos certitudes. Une invitation à les suivre par l’ingéniosité qu’ils déploient à nous imiter. Une réciprocité méritée. Une justice légitime.

Comme une braise qui scintille dans un feu prêt à s’éteindre, j’ai toujours peur que ces lueurs d’espoir cessent. Je voudrais souffler dessus pour les raviver et faire qu’elles brulent tellement que nul ne puisse plus les ignorer. Mais leur radiation m’échappe. Je ne contrôle aucune de leurs apparitions. Elles me surprennent sans cesse. Il est seul à maîtriser leur beauté dans la spontanéité qu’il s’ingénue à leur donner. Il les offre sans condition. Nous ne pouvons les commander. Je ne sais que partager leur essence évaporée. Dans ces lignes. Aussi souvent que possible. Pour que d’autres y goûtent. Qu’ils se laissent gagner et convaincre par leur subtilité. Qu’ils aient envie de les rencontrer. Qu’ils décident de changer. Qu’ils se taisent pour écouter. Pour que son « shut up » dure et fasse de la place à ceux exclus par notre conformité.

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Que de surprises ces dernières semaines ... la découverte d'un Michael plein d'humour , intelligent , complexe , qui pulvérise nos impressions et ouvre d'autres possibles .

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
1782 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 1244 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 1341 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Relations Auxiliaire de vie : ce qu’on peut leur demander ou pas !
  • Emploi Carrière et handicap : quels métiers pour dyspraxiques ?
  • Démarches Comprendre la prestation de compensation du handicap (PCH) (mise à jour 02/2019)
  • Emploi Congé du proche aidant : ce qu'il faut savoir

© 2018 Plateforme Hizy