Aller au contenu principal
Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 05 mai 2020 18:36:12
Blog
324 visites

4/05/2020 – Tu es un génie

Un instant d’inertie accompagne cette affirmation. Nous étions en train d’élucider le mystère des bières assez froides dans le frigo. Brendan, au toucher, séparait spontanément celles prêtes à être consommée des autres. Un geste banal de simplicité stoppé net par l’observation d’un fils admiratif. Tu es un génie Papa. Le compliment, aussi rare qu’exagéré, étant donné la circonstance, nous surprend tous instantanément. Comme souvent avec Mike, nous devons nous arrêter un instant pour vérifier l’exactitude du moment. Le « pince moi je rêve » en action. Collectivement, nous nous interrogeons du regard pour valider nos perceptions. Oui il a bien dit cela. A ce sujet. A son Papa !

Vérification faites, il faut poursuivre. Un sourire béant illumine le visage de Brendan qui n’en revient pas d’une telle marque d’affection. Sa sincérité ne fait aucun doute même si la malice de ses yeux, contemplant d’aise l’effet produit, pourrait laisser croire à un second degré. Celui de l’humour. Là est toute l’ambiguïté. Avec Mike, nous ne savons jamais s’il nous freine ou nous dépasse ? A quel degré l’attendre ? Comment le comprendre ? Sa conscience de l’intelligence paternelle ne fait aucun doute. Il la redoute autant qu’il s’en sert. De cadre. De repère. De barrières aussi au précipice de ses angoisses que seul le rationnel cartésien du père arrive à endiguer. Il aspire peut-être à gagner ces facultés qu’il ne doit cependant pas savoir complétement évaluer. Il en a une compréhension émotionnelle plus que rationnelle. Cela suffit à le rassurer. A l’inspirer. A le motiver. Ça peut aussi le chagriner. Se savoir dominé, sans cesse devancé par quelqu’un qui maitrise davantage l’entourage. Quand tout est plus difficile, voire ceux que l’aisance flagrante auréole de facilité peut blesser. Même dans la bienveillance d’un cocon familiale rapproché. Même avec l’habitude et toute la sollicitude de soins répétés et de conseils prodigués. Même quand il en est ainsi et pas autrement. L’injustice de se sentir brimé peut bouleverser et révolter.

Sa frustration s’exprime d’ailleurs de temps en temps. Par des jurons. Un jargon puéril et fragile qui lui échappe plus qu’il l’adresse. Un trop plein d’émotions qu’il ne sait réprimer. Confondues dans son mal-être, elles bondissent hors de ses orifices et éclaboussent ceux qu’elles apostrophent. Ces crises, furtives, s’éclipsent derrière la force d’un seul de ses aveux. Plus exceptionnels, ils sont aussi plus savoureux. Pépites brutes d’un esprit malicieux. Il semble qu’il en use au hasard sans que nous puissions écarter la préméditation. Ses éloges furtifs font toujours mouche. Longtemps après qu’ils aient fendu l’air de leur éclat incomparable, ils durent dans l’esprit de ceux qu’ils ont surpris. Plusieurs jours se sont écoulés depuis. De nouveaux conflits ont éclatés et entachés la grâce de ce partage pudique bien que public. La phrase reste incrustée dans nos mémoires avec cette question en suspens. S’agissait-il d’appréciation ou de dérision ? Subtil écart entre l’allégeance et l’adolescence. La référence et l’offense. La régence ou l’indépendance ?

Sans arrogance. Avec déférence, il vient reconnaitre la subtilité cachée de leur complicité. L’acte manqué sur lequel ils auraient pu bâtir mais qu’un héritage les oblige à construire. De pierres en pierres. Des deux bouts de l’échelle, ils doivent se rejoindre avant de grimper ensemble dans la même direction. Complémentaires plus qu’opposés, un gouffre pourtant les sépare. Le vecteur de leur expression. Le facteur de dysfonctionnement. Leur point commun autant que leur différence. La forme de leur intelligence. Un génie est une personne qui se démarque de façon exceptionnelle de ses contemporains par un talent hors du commun et/ou une habileté intellectuelle remarquable. Dans un effet miroir, à contre-emploi, Mike qualifie tout autant son père de ce qu’il s’attribue lui-même tout en relativisant la portée d’un jugement trop relatif et subjectif pour ne pas être raillé.

Les conjonctions fantasmagoriques inspirée par cette simple exclamation peuvent tout imaginer. Un fait demeure immuable dans l’équation de leur relation. Ce va et vient permanent entre l’enseignant et l’élève. De la promesse avortée du rêve de l’enfant parfait au chemin parcouru qui les fait se compléter, le génie git dans la bouteille qui les lie de les confronter. D’orages. D’incompréhensions. D’affrontements. D’interdictions. Sans jamais abandonner. Ils s’aiment au-delà de tout ce que leurs maux expriment. Par-dessus les plus grandes disputes. D’être fait du même bois sans se ressembler. Ils vivent le secret de leur liberté. L’unicité réconciliée. Celle que l’on choisit d’assumer. La magie d’inventer ce que nul ne saurait prédire. Le devenir avant l’avenir.

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Nous ne saurons pas ... Admiration ou malice ? mais , c'est sûr , amour et humour !!

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
2373 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 1713 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 1813 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Établissements Handicap - foyer de vie : une bonne idée pour votre enfant ?
  • Relations Tâche de l’auxiliaire de vie (AVS) : ce qu’on peut demander ou pas
  • Relations Application handicap : pour se rencontrer et communiquer
  • Santé et Soins Déficience intellectuelle : la mesure du comportement adaptatif

© 2018 Plateforme Hizy