Aller au contenu principal
Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 04 mai 2021 11:30:23
Blog
38 visites

4/05/2021 – Donne nous des anecdotes

En écrivant ce titre, je vois Lola sourire. Quand Mike a dit cela, j’ai fait une tête bizarre et ma fille en a instantanément conclu que ce serait le sujet de la prochaine chronique. Un mélange de prévisibilité de ma part et d’ingéniosité de Mike qui par ses formules sait transformer un moment tout à fait banal en du pure bonheur. Comme l’inverse d’ailleurs. Avant cette réplique, celles de la semaine ressemblaient à « on dirait que tu me rejettes ! » ou « on dirait que tu m’ignores ! ». Depuis quelques jours il ne va plus à l’IME. Des cas de COVID l’empêchent d’y retourner. Alors, il passe ses journées entre sa chambre et le salon. Régulièrement il frappe à nos portes closes. Fait irruption en plein milieu d’une réunion. Interpelle en désespoir d’attention. Prêt à tout pour tromper l’ennui. Suivant les situations, nous pouvons plus ou moins répondre à son besoin. Il repart la tête baissée en marmonnant ces regrets cinglants… Il n’a pas tort dans le fond. C’est bien ce qui se passe. Mais comment faire autrement ? Comment s’extraire plus qu’il est nécessaire dans un contexte qui nous place à sa disposition sans que nous soyons disponibles ? La séparation physique aide la culpabilité de rendre inaccessible. Etant présente, il est extrêmement difficile de ne pas céder à ses suppliques exprimées sans insister. Tel des pavés lancés dans la marre d’une période maudite où tout s’arrête surtout pour les plus vulnérables d’entre nous…

Alors quand Mike dit « donne nous des anecdotes » à son père venant nous rejoindre à table pour le repas, je ne peux dissimuler la joie que son envie procure. Celle de réaliser que dans l’éternité de sa solitude actuelle, il ne baisse pas les bras et se raccroche aux moindres occasions de profiter de la vie. Cette force que je lui connais. Le pouvoir de la simplicité. La capacité à apprécier le plus infime instant pour s’en rassasier. Mais aussi cette mémoire fabuleuse qui lui permet d’intercepter au vol les indices d’intérêts sur lesquels construire ses relations. Ce soin du détail qu’il met à épier chacun d’entre nous. Son écoute. Sa patience. Il y a quelques jours de cela, son père annonçait fièrement avoir quelques anecdotes à partager sur un film… L’oreille attentive de Mike avait sans bruit stockée cette information dans un coin de sa tête comme l’instrument possible d’une nouvelle interaction. Il s’amuse ainsi régulièrement à capturer nos réactions, nos agissements, nos expressions. Tel un snipper, caché derrière son apparence déconnectée, il scrute ce que nous faisons. Apprend méticuleusement. Observe pour reproduire ou servir la réplique qui lui permettra d’exister parmi ceux qui l’intéressent.

Il ne subit pas cette faculté. Il la contrôle à volonté. Il ne l’active que si elle lui permet de joindre une personne visée. Nous avons tous un profil différent. Ses apostrophes s’adaptent à chacun. Elles empruntent nos personnalités et nos spécificités. Elles renseignent sur ses perceptions comme sur nos comportements. Tantôt humoristiques. Tantôt tristes. Elles reflètent ce que nous traversons ou la manière dont il entend nous aider. Certaines récurrentes s’installent pour durer. D’autres plus fugaces ne font que passer. Observateur privilégié d’un monde qui l’oublie souvent sur la touche, en arbitre il collecte les ingrédients d’une histoire parallèle. Celle de ceux qui négligés portent attention aux détails que nous nous contentons d’ignorer. Celle de la profondeur des choses. De ce qui compte. De l’essentiel. Dans l’interpellation de son père, Mike tend une perche invisible pour réaffirmer l’admiration qu’il a pour son modèle. Brisant l’animosité des tensions suscitées par son adolescence, il tente à sa façon de réparer, de s’excuser. Quand il nous accuse de le délaisser aussi il interpelle le sens de l’enfermement permanent dans nos activités. Cette nécessité que nous avons de prouver notre utilité en en faisant toujours plus au lieu de profiter. Comme quand il me dit « soit heureuse dans la vie »…

C’est l’anecdote d’un jeune homme de dix-huit ans qui, contrairement à ce que son diagnostic voudrait nous faire croire, est totalement efficient. Au point de nous dépasser parfois. Au point de nous enseigner ce que notre supériorité nous empêche d’apprécier. Au point de nous aider à voir les choses telles qu’elles sont plus que comme nous les voudrions. Au point de nous aimer pour ce que nous sommes, non ce que nous représentons. Au point de mériter mieux que ce que nous savons lui donner. Des anecdotes pour exister !

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Formidable capacité à apprendre , à s'adapter , à nous étonner , à profiter , bien mieux que chacun de nous , de tout ce qui est bon et intéressant dans la vie !! Merveilleux Michael ...

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
2783 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 2073 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 2369 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Relations On a arnaqué mon fils handicapé
  • Apprentissages Scolarité compliquée ? Optez pour l’école à la maison
  • Relations Tâche de l’auxiliaire de vie (AVS) : ce qu’on peut demander ou pas
  • Démarches Comprendre le taux d'incapacité (mise à jour 02/2019)

© 2018 Plateforme Hizy