Aller au contenu principal
Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 13 avril 2021 09:36:24
Blog
93 visites

13/04/2021 – Excuse-moi de t’avoir dérangée

Heureusement que les Instituts Medico-Educatif restent ouverts durant le confinement. Lorsque toutes autres activités s’arrêtent. Lorsque les relations sociales de ceux qui n’ont que le soutien de liens entretenus par autrui pour vivre en commun cessent. Heureusement qu’il part encore le matin, son sac en bandoulière, vivre une journée qui sinon serait faite de rien. Qu’il rentre le soir impatient de me raconter ce qui l’a occupé. Un film. L’atelier de mécanique avec Abdel. Le Judo avec Laurent. Rosine qui parle d’autonomie. Un film qu’ils ont regardé. Le foot grâce auquel il se défoule. Le chant. Les courses. Les exposés d’histoire. Le repas du midi. Les trajets en bus et funiculaire. Une vie remplie d’étapes qui rompent la routine solitaire du temps passé à la maison.

Pendant le confinement, réglé comme une pendule, il alterne entre sa chambre, la salle de bain, la cuisine et le salon. Comme tout adolescent ? Pas vraiment ! Sa solitude transforme l’isolement en un enfermement. Sans l’IME, le matin vers 9h il descend prendre son petit déjeuner. Puis remonte s’habiller et regarder le temps autorisé d’écran. Joue ensuite aux voitures avant de venir manger. Remonte visionner, chanter, agiter ses pailles, feuilleter des BD. A 16 heure précise il descend goûter. Puis remonte s’enfermer. Jusqu’à la douche à 18 heure. Les cheveux tous mouillés, il passe ses coups de fils. A ses grands-mères, ses tantes et son cousin ou son oncle de Biarritz. Il a bientôt 18 ans… C’est le temps long de l’attente de l’apéro. Moment convivial qu’il espère quotidien. Il lutte pour s’y faire entendre parmi les discussions et la musique qui altèrent ses interactions. Finit par s’échapper sur le tapis du salon où il dispose ses cartes comme des joueurs sur le terrain. Mange goulument. Négocie une série. Quand il échoue, remonte aussitôt en se cachant pour qu’on l’oublie. Il repousse au maximum le moment de se coucher. Une fois pris, il y consent. Sous la couette, s’installe tout en sachant que le sommeil ne viendra pas avant longtemps. Lumière éteinte, il patiente. Difficile à dire combien d’heures il dort par nuit ? Si c’est à cause de soucis ? S’il s’agit juste de sa pathologie ? Une fragilité ? Quand nous allons bien plus tard nous coucher, il est fréquent qu’il nous attende. Il entre dans notre chambre sans frapper. S’installe au pied du lit pour parler. Poser pleins de questions pour retarder le moment de se séparer. Retient l’autre dans l’insomnie qui l’empêche de terminer une journée désœuvrée.

Heureusement que les Instituts Medico-Educatif restent ouverts durant le confinement. Pour qu’il rentre le soir fier de venir me retrouver. Il frappe avant d’entrer dans le bureau où je télétravaille sans m’arrêter. Me pose des questions sur ma journée. Me raconte la sienne dans les détails. S’inquiète pour ma santé. Négocie de faire à manger. S’éternise comme pour prolonger les interactions qu’il sent lui échapper. Sur le pas de la porte, il résiste. Sans n’avoir plus rien à dire il persiste. Finit par abdiquer, vaincu de ne plus rien trouver à exprimer. En fermant doucement la porte je l’entends murmurer « excuse-moi de t’avoir dérangée ! »… Ça me fend le cœur. J’ai envie de pleurer. Je le rappelle tendrement. Il l’entrouvre timidement et passe sa tête comme un enfant. Je le regarde intensément et lui dit en chuchotant : « tu ne me déranges jamais ». Il sourit. Il a compris. Rassuré, il parts sans se retourner.

Puis revient quelques minutes plus tard. Il n’avait pas tout dit. Le plus important restait muet. Un accident qu’il n’osait avouer. L’aide si dure à demander. Nous l’avions quelques jours auparavant repris pour ne pas avoir osé nous faire confiance assez pour avouer. La tête baissée, il m’interrompt. « J’ai besoin d’aide maman. Il ne faut pas me gronder. Tu m’as dit de venir te voir. Est-ce que tu peux m’aider ? » Il se tient droit bien que honteux. Regarde de travers pour ne pas m’affronter. Recule lorsque je me lève. Se replie dans la salle de bain. Attend mes consignes. S’y plie sans rechigner. Obéit docile et résigné. Cela ne dure pas longtemps. La vie reprend son court. J’oublie sur le champ. Pas lui. Une fois de plus c’est arrivé. Il a dû recommencer. Supporter le poids d’une différence qui le condamne à dépendre. L’excuse d’avant précédait l’inconvénient. J’ai cru qu’il désignait le temps pris pour la conversation. Il anticipait ce qui allait se passer. Ce qu’il savait déjà là sans avouer la situation. Un secret rapidement dévoilé mais qui, dans l’intervalle de temps, dissimulait une condition que j’avais sous-estimée. « Excuse-moi de t’avoir dérangé » comme l’aveu d’une impuissance qui voit les offenses se répéter alors qu’il voudrait les supprimer.

Alors je réaffirme mon soutien. Nul besoin de demander pardon. Nous sommes là pour t’accompagner. Même si la vie nous entraine ailleurs. Même si nous ne sommes pas toujours à l’écoute, ni attentifs, ni réceptifs… Tu n’es nullement coupable de ce que tu es le premier à subir. Tout ce qui te fait souffrir. Les torts d’une déficience dont nous devons te préserver au lieu de t’en condamner. « Excuse-nous de t’avoir délaissé ! »

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Douloureux et triste aujourd'hui ... Sa lucidité et sa délicatesse sont bouleversantes . Nous sommes là pour ouvrir son univers et partager avec lui pendant les vacances . C'est un bonheur pour nous aussi ...

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
2783 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 2073 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 2369 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Relations On a arnaqué mon fils handicapé
  • Apprentissages Scolarité compliquée ? Optez pour l’école à la maison
  • Relations Tâche de l’auxiliaire de vie (AVS) : ce qu’on peut demander ou pas
  • Démarches Comprendre le taux d'incapacité (mise à jour 02/2019)

© 2018 Plateforme Hizy