Aller au contenu principal
Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 09 mars 2021 19:13:17
Blog
111 visites

9/03/2021 – Je te provoque à la barbichette

Mike s’engaillardit ! Il prend un peu plus d’assurance chaque jour. Son physique modifie profondément son rapport aux autres. Loin d’être gauche, son corps de rugbyman baraqué lui donne une allure affirmée et solide. Il soigne son apparence en choisissant les habits qu’il aime porter et qui lui donne l’aisance de quelqu’un bien dans sa peau. Friand de belles choses, selon des goûts très personnels, il assortit ses casquettes et basquettes au grès de ses humeurs. Il choisit de nouveaux teeshirts prenant soin de ne plus martyriser leurs cols. Il est fier de porter les jeans de son père qui, trop grands sans être difformes, ajoutent à sa coolitude. Décontracté, il assume un style coloré dans lequel le rouge et le bleu dominent sans flasher. Ouvert aux conseils, il écoute sa sœur sans modifier immédiatement son accoutrement pour se donner le temps de la réflexion et la paternité des changements. Il grandit et nous dépasse presque mais ce n’est pas ce qui est le plus impressionnant.

Son autonomie dans les transports a ouvert la voie au reste. Le voir partir de la maison, seul et sans peur, devient presque banal. Il improvise des itinéraires bis lors de travaux ou de grèves qui empêchent sa progression. Sur le chemin, il arrive qu’il appelle pour discuter comme tout autre ado le ferait. Il s’arrête aussi au retour à la boulangerie pour s’offrir un petit plaisir. Sans monnaie un jour, il s’est débrouillé pour acheter un sandwich et une cannette de soda avec un ticket restau déchiré qui trainait dans son portefeuille. Fier de cette liberté, il revendique le droit de conquérir d’autres territoires. Conscient de ne plus tant dépendre de nos interventions, il conteste une autorité auquel il se sent de moins en moins soumis. Il revendique l’extension du périmètre de ses libertés. Le soir pour l’heure du coucher. Lors des repas afin de choisir et de cuisiner ce qu’il désir. Le weekend pour faire ce qu’il entend plutôt que le programme concocté par papa et maman. Son affirmation ne fait aucun doute mais il choisit de l’exprimer pour encore plus la souligner. Dans la voiture lorsqu’il m’annonce de but en blanc : « je vais provoquer papa à la barbichette ». Ce jeu auquel nous jouions avant. Cet amusement qu’il détournait encore récemment gentiment avec moi pour tenter de m’arnaquer en pariant mes décisions sur un duel de grimaces et de chatouilles. Cette expression enfantine devient une provocation.

Je suis surprise de sa maîtrise. Pour quelqu’un disposant de moyens dits « limités », il contrôle progressivement tous les usages de son adolescence. Loin des crises d’autres enfants dévastant tout sur le passage de leur émancipation, Mike avance à pas feutrés sur le parcours de son indépendance. D’abord le corps. Puis la mobilité. Enfin le choix et la liberté. Chaque journée se teinte un peu plus de nouvelles initiatives. Par touches. Savamment. Presque incidemment. Il avance. Avance. Avance. Jusqu’à invoquer les grands moyens pour tout obstacle qui resterait en travers de son chemin. « Mon avocat va te faire un procès pour que tu arrêtes de me faire lire. » Il se nourrit de chaque situation pour apprendre et emplir sa besace des outils qu’il lui faudra demain. Sa patience. Sa détermination. La tranquillité résolue de sa progression m’étonne. Au départ, je n’y prêtais pas vraiment attention. Je le voyais grandir. Je croyais encore être celle qui portait et soutenait ses apprentissages. Des stigmates de ses jeunes années, où tout demandait tant d’efforts que je m’étais résolue à subir, je restais inconsciemment convaincue que rien n’arriverait sans nos interventions répétées…

Et pourtant, hier soir, il avait seul mis l’eau à bouillir pour les pates et préparait des poivrons qu’il faisait revenir dans une poêle en guise d’accompagnement. Dans le cabinet du médecin inscrit sur la liste établie par le procureur de la République pour rédiger le certificat médical circonstancié de son dossier d’habilitation familiale, concentré et concerné, il souffrait que nous ayons à nous exprimer à son sujet. Il initie des discussions d’adultes en me disant doucement : « je vous sens inquiets avec papa ! » Il aura dix-huit ans dans 4 mois. Il pourrait passer son bac, son permis, sortir avec des filles, partir une semaine entre amis. Il pourrait fuguer le weekend pour sortir en boite, mentir, boire en cachette, fumer. Il pourrait se rebeller. Visiter des apparts pour quitter au plus tôt la maison de ses parents. Faire des petits boulots pour économiser et s’offrir ce que l’argent de poche ne suffit plus à acquérir. Fuir son passé pour construire l’avenir de détruire le présent. Mais il nous provoque à la barbichette … tout en faisant le reste. Je ne me trompe plus. La naïveté feinte de ses ruses ne masque plus sa maturité. Il est prêt. Armé différemment mais déterminé.

Nous faisons ensemble et non contre. Une chance que beaucoup nous envient… la chance d’avoir un ado comme lui !

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Quel plaisir et quel bonheur de le voir s'épanouir comme vous ne l'auriez imaginé ... et quelles promesses pour demain !!

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
2745 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 2036 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 2330 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Relations On a arnaqué mon fils handicapé
  • Santé et Soins Existe t-il différentes formes de trisomie 21 ?
  • Fini le déshabillage !
  • LA PLANCHE DE CUISINE

© 2018 Plateforme Hizy