Aller au contenu principal
Emilie Weight
par Emilie Weight
Blogger
Modifié 11 mai 2021 14:59:44
Blog
138 visites

11/05/2021 – Sincère

Il arrive que nous devions réprimander Mike de manière appuyée pour lui faire comprendre une réalité qui échappe à sa sagacité. Je ne pense pas que ce soit un manque d’intelligence de sa part. Il s’agit de repères auxquels il ne fait pas attention car ils échappent à son référentiel. Conscient de bien d’autres choses par ailleurs, il semble que sa logique l’extrait de concepts vitaux qui pour nous sont cruciaux. La nourriture par exemple. Il lui arrive de dévorer plus qu’un corps peut digérer. L’abus. Les excès. Des réactions disproportionnées ne tenant absolument pas compte du public auquel elles s’adressent. Des situations qui peuvent le mettre en grand danger et pour lesquelles nous devons intervenir.

Il est certains que beaucoup d’entre elles ressemblent à s’y tromper aux symptômes de l’adolescence. Nous pourrions attribuer aux hormones ces manifestations et laisser les crises passer. Avec d’autres adolescents cela n’aurait pas trop de conséquences. Il faut que jeunesse se passe ! Pour lui c’est différent. Les répercussions du « laisser faire » pourraient encore plus le pénaliser. Nombreux sont ces autres différents qui ont grandi sans avoir été contrariés pour ne pas ajouter à l’adversité de leur condition. Une fois grands, il est trop tard pour les corriger. Ils pâtissent alors de la double peine d’être insupportables en plus d’handicapés ! Conscient de cette réalité, nous veillons à l’éviter. Rôle ingrat que son papa endosse mieux que personne. Sa sœur suit de près. Elle maitrise déjà les rudiments du cadre que son père s’évertue à tenir. Pendant que j’exerce autrement l’accompagnement…

Mes textes vouant ses mérites décrivent une réalité discrète. Presque confidentielle. Elle existe d’être révélée mais ne doit occulter le reste. Les chroniques hebdomadaires, que j’écris depuis presque quatre ans, permettent d’appréhender ces autres aspects de sa personnalité. Elles font de moi le témoin privilégié de tout ce que sa fragilité peut nous apporter. Elles me placent aussi dans la situation délicate de devoir justifier ce parti pris au détriment de la globalité. Elles jettent le doute sur mon impartialité. Suis-je encore capable de le voir tel qu’il est ? Je manque sans doute de discernement ? Je dois inconsciemment le favoriser ? J’appréhende ces déviances sans cesser d’être son porte-parole. Cet exercice périlleux me permet de préserver une zone de confiance dans laquelle il peut se livrer. Même s’il me repousse pour couper un cordon que j’ai du mal à lâcher. Même si souvent cette illusion me rassure plus qu’elle ne lui sert. Je crois à la complémentarité du refuge que je construis et du cadre qui le régit.

De s’opposer ces deux approches nous permettent d’avancer. De tensions en solutions, nous parvenons à dépasser les difficultés pour l’aider au mieux de nos possibilités. Nous puisons dans chacune de nos personnalités les sacrifices à consentir pour réussir ensemble à l’élever. Loin d’être juste, l’équilibre existe. Nous devons le préserver car il lui permet de se révéler. Comme samedi lorsque pris dans le feu de nos efforts combinés, il a su s’exprimer mieux qu’il ne l’avait jamais fait. Les yeux mouillés, dans un effort extrême de sincérité, pendant 5 minutes sans s’arrêter, il a livré son ressenti. Anecdote insignifiante pour nous qui savons nous dévoiler sans autres barrières que la pudeur. Lorsqu’il s’agit d’aller chercher au fond d’un fouillis d’émotions la signification de ce qui ne peut être maitrisé, l’exploit mérite d’être souligné. Des phrases courtes. Avec des mots simples. Sans le chuchotement que prennent d’ordinaire ses confidences. Il a dit être frustré de n’avoir pas pu profiter de l’après midi comme nous. Il a admis ses erreurs. Au lieu de s’excuser de phrases convenues dont il abuse trop souvent, il a construit son argumentation. « Je ne me le pardonne pas ! » a-t-il fini par conclure pour signifier totalement sa compréhension de notre rôle dans l’équation. L’assimilation de la situation. Les enjeux. Les solutions. Il était question de lui et il le savait.

Sincère. Comme celui qui s’abandonne dans la confiance d’une relation. La fragilité et la force mêlées de ce moment illustrent parfaitement la nécessité de conforter pour surmonter. Sans la complémentarité de nos deux approches, Mike ne saurait dépasser les affres de sa pathologie pour se livrer sans protection. Cette réalité condamne tant d’autres au silence. Ils en sont capables si nous construisons les conditions optimales de leur expression. Un cadre. Notre considération. La patience et la bienveillance. Être en situation de handicap signifie ne pas être en situation de réussite. Plus que les guérir, nous devons agir pour permettre ce qui les empêche.

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Si difficile et si délicat !' et , pourtant , quels progrès ... qui manifestent l'expression de son intelligence d'esprit et de coeur . Vous savez si bien l'aimer qu'il grandit .

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Emilie Weight
2876 visites 11 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 4 / 5 2156 visites 8 commentaires
par Emilie Weight
Rating : 5 / 5 2445 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Relations Témoignage SLA : vivre la maladie de Charcot en famille
  • Bouée siège ado et adulte
  • Relations Tâche de l’auxiliaire de vie (AVS) : ce qu’on peut demander ou pas
  • Relations On a arnaqué mon fils handicapé

© 2018 Plateforme Hizy