Aller au contenu principal
Martine Silberstein
par Martine Silberstein
Blogger
Modifié 05 juin 2018 16:07:51
Blog
673 visites
Le livre est préfacé par Jean-Jacques Queyrane
Jean-Jacques Queyrane président de la région Rhône-Alpes

C'est Louis Rolland qui est à l'initiative de ce livre. Il pense qu’ainsi cela donnera envie aux personnes handicapées de faire du sport et de ne pas rester chez elles à se morfondre. Il va souvent vers les personnes en fauteuil roulant pour partager ce plaisir allant jusqu’à quasiment faire du prosélytisme pour le sport handi et trouve aujourd'hui que la vie, même en fauteuil, vaut la peine d'être vécue !
Louis a soixante-cinq ans. Il est né à Chabrillan dans la ferme de ses parents, paysans dans la Drôme. Marié, il passe aujourd’hui davantage de temps à Chabrillan, dans « sa campagne » qu’en Isère.
La vie n'est pas un long fleuve tranquille. Louis était employé à la SNCF. Hyperactif, il était très bricoleur à ses moments de « loisirs » quand, à quarante-deux, ans un accident de voiture bouleverse sa vie. Après avoir été en arrêt longue maladie, puis en invalidité, il est maintenant à la retraite depuis cinq ans.
Touché dans le bas du dos (vertèbres D11/D12), il est hospitalisé quinze jours, puis transféré à Henry Gabrielle, un centre de rééducation à Saint-Genis-Laval (Rhône) recevant des accidentés de la vie. Il y découvre d'une autre façon de vivre. Trois mois sur le dos sans bouger, c'est la perte des points de repère. Tous ses muscles fondent et il perd vingt kilos. Il mange avec un rétroviseur afin de voir ce qu'il y a dans son assiette. Certains des exercices de rééducation se déroulent en piscine. Louis ne sait pas nager mais y prend goût. Il reste hospitalisé là de mars à septembre 1989. A partir de juillet, vient le temps des permissions du week-end et ce n'est pas facile car la maison n'est pas adaptée. Puis, il continuera à se rendre quotidiennement à Henry Gabrielle pendant encore deux mois.
Grâce à la rééducation et surtout à force de volonté, Louis remarche. Notre homme a ainsi réussi à s’en sortir et, après quatre années, il peut même marcher plusieurs kilomètres avec une canne et des orthèses . Il recommence à bricoler et fait même de la maçonnerie.
Mais en 1993 un hématome d’origine inconnue au niveau des vertèbres D5/D6 ruine tous les progrès qui l’avaient fait avancer jusqu’à présent. Son moral est au plus bas. Opéré à l'hôpital neurologique il y passe une semaine et retourne trois mois en rééducation à Henry Gabrielle en hôpital de jour. Tout est à refaire ! Mais, pas de problème, il connaît la technique et s'acharne allant même au gymnase seul en plus des séances prévues. Malgré tous ses efforts, il retombe au fond du gouffre et ne remarchera jamais plus comme avant son accident ni même comme avant cet hématome.
Aujourd'hui il peut se verticaliser et tient assis sans être sanglé grâce au peu d'abdominaux conservés et entretenus par une activité physique régulière. Paraplégique il n’a plus d’équilibre et ce n’est qu’avec l’aide d’orthèses et de béquilles qu’il peut se tenir debout et se mouvoir sur quelques mètres. Il a donc absolument besoin d’un fauteuil roulant pour se déplacer sur de longues distances. Autonome, il continue à conduire son véhicule aménagé. La voiture lui donne un sentiment de liberté. Elle est primordiale. Pour lui, "un handi sans voiture, c'est comme un homme en prison".
 

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Super interessant

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Martine Silberstein
698 visites 1 commentaires
par Martine Silberstein
682 visites
par Martine Silberstein
Rating : 5 / 5 928 visites 1 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Relations On a arnaqué mon fils handicapé
  • Emploi Le congé pour longue maladie, comment ça marche ?
  • Apprentissages Comment aider son enfant à mieux gérer son handicap à l’école ?
  • Démarches Un revenu universel d’activité remplacerait l’AAH d’ici 2023

© 2018 Plateforme Hizy