Aller au contenu principal
Michel Sorine
par Michel Sorine
Blogger
Modifié 10 mars 2018 19:53:35
Blog
1138 visites | 1 partages
L’été en pente dure.
Billet publié le 21 juillet 2014.


Un clin d'œil à ce film très connu de 1987, au casting balèze (Bacri, Bouise, Villeret, Marchand et la pulpeuse et regrettée Pauline Lafont, disparue l'année suivante). Coluche (disparu l'année précédente) aurait même dû tenir le premier rôle de ce  bon film réalisé par Gérard Krawczyk, d'après le roman éponyme. "L'été en pente douce". C'était juste avant que Gérard Krawczyk ne rencontre Luc Besson et ne se spécialise dans le cinéma bas de plafond pour séparatistes ukrainiens.
Dans le film qui nous intéresse, Mo, handicapé mental interprété par Jacques Villeret, supplie son frère Fane (Jean-Pierre Bacri) de ne pas le ramener à l'hôpital. Comme on le comprend !

Voilà bientôt 4 mois que j'y ai ma carte résident et j'avoue que j'aurais bien passé les vacances ailleurs. Quand je pense que j'ai osé, l'an dernier,  décrire dans un billet un certain désœuvrement estival... On ne connaît jamais assez sa chance. Chaque année, c'est la même chose, des milliers d'handicapés sont abandonnés sur la Route des vacances. Même le club Henry Gabrielle ne déroge pas à la règle : équipes très resserrées, médecins en front de mer... Même mes kinés préférés abandonnent la place. Ça sent le second choix. De nombreux patients en bout de soins (pas forcément au bout de leur peine) sont renvoyés dans leur placard et disparaissent sans laisser de maladresse. Mon étage entier vient même de fermer jusqu'en septembre. Conséquence, je suis arbitrairement monté d'un étage. Bonne nouvelle : je suis enfin débarrassé de mes deux voisins plutôt pénibles et je dispose d'une chambre un peu plus grande et surtout orientée nord, ce qui est un avantage pour lutter contre la chaleur. Mauvaise nouvelle : j'ai perdu de vue pas mal de personnes que j'appréciais tout particulièrement. Que sont devenues Evelyne, groupie de Michel Sardou, ou Mireille, aides soignantes exemplaires qui me racontaient leurs malheurs tout en soignant les miens ? Abdel, mon Omar Sy à moi, a carrément changé de bâtiment pour les 15 jours qui lui reste à faire et est devenu quasiment intouchable. Vance, dont chaque visite me fait l'effet d'un double Xanax, a décollé en famille pour les États-unis via le Mexique.

Avec ces petites contrariétés, une nouvelle infection urinaire et un second pic de chaleur ont été à l'origine d'une énième période "légume" qui a quelque peu freiné ma boulimie de progrès. Mais je ne suis pas, loin de là, le plus à plaindre et je reste positif. Je rassure les aficionados de Bein Sport : mon record en fauteuil du tunnel de la mort (voir billet précédent) a bien évolué (2mn 45, 2mn 30, 2mn 25...). Je vise désormais les 2 mn. J'ai eu du mal à me remettre de la chute de Contador, mais ce que va réaliser Jicé Péraud sur ce Tour (et sans homéopathie) me fait davantage vibrer que la primaire UMP.

J'ai accepté après réflexion la proposition de l'équipe d'ergothérapie et je me suis porté volontaire pour l'atelier cuisine, ma passion de toujours. On devrait rire. Comme la plupart de mes potes installés dans la vie, qui passent sur le tard le permis bateau ou moto, je me suis pour ma part inscrit dés la rentrée au permis handicapé. Ça peut servir. À mes heures perdues, je réfléchis même au prénom de notre future fille (ah oui, au fait, c'est une fille). Sinon les demandes de visite ne faiblissent pas, malgré la grande transhumance. Du 1er au 15 août, je devrais avoir plus de créneaux (si vous êtes toujours motivés...). J'ai même retrouvé le plaisir de lire (quand le livre est bon, c'est plus simple). Merci à Michel (le coach) de m'avoir fait découvrir Sylvain Tesson et ses nouvelles. Géographe, aventurier, sportif (un mec qui fait le tour de monde à vélo ou 5000 km de trek dans l'Himalaya peut être considéré comme sportif) et écrivain vraiment talentueux, voilà un destin enviable. En conclusion du texte de 4ème de couverture de son recueil "Une vie à coucher dehors", on peut lire  : "Rien ne sert à l'homme de trop s'agiter dans la toile de l'existence, car la vie, même quand elle ne commence pas très bien, finit toujours mal. Et puis une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante". Je vais méditer ça pendant les 15 prochains jours.

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Michel Sorine
Rating : 5 / 5 1641 visites 1 commentaires
par Michel Sorine
1201 visites
par Michel Sorine
1121 visites 2 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Démarches Comprendre le taux d'incapacité (mise à jour 02/2019)
  • Le couvre-jambes de Mandine
  • Relations 6 mamans d'enfants différents racontent l'amitié
  • Démarches Handicap : contester une décision de la MDPH, ce qui change en 2019

© 2018 Plateforme Hizy