Aller au contenu principal
Michel Sorine
par Michel Sorine
Blogger
Modifié 30 septembre 2018 17:09:28
Blog
5 / 5 [1 évaluation]| 478 visites
Merci pour ce moment
Article publié le 15 septembre 2014

Ces 15 derniers jours, je n'ai pas quitté mon lit. Vous dire que je me suis éclaté serait excessif. Ayant subi l'ordre, j'attends désormais le contre-ordre du médecin chef, lequel doit vérifier que ma micro-plaie à l’ischion s'est résorbée et prescrire un retour progressif à la station assise. L'ennui, c'est que ce professeur est devenu aussi invisible que la lésion en question et que personne ne semble chaud pour prendre une décision à sa place. Une semaine de plus ou de moins, ça n'a certes pas grande importance à l'échelle de l'hôpital. J'étais donc particulièrement disponible pour recueillir par ailleurs l'avis de l'unique rhumatologue compétent des HCL sur ma scintigraphie de la hanche, réalisée au cours d'une journée mémorable il y a bientôt un mois. Mais celui-ci à visiblement du mal à se remettre de ses longues vacances.

Restons zen.  Plus vos capacités physiques diminuent, plus le temps s'allonge. C'est le principe. Mais plus j'ai l'impression de ramollir également. Rien de bien croustillant donc ces dernières semaines un tantinet absurdes durant lesquelles j'ai passé beaucoup de temps à observer par la fenêtre le ballet vertical des écureuils et l'apparition des premières feuilles jaunes sur les non-persistants. Outre le retour de Vance, à fond comme toujours, et présentement au cœur de sa période médecine chinoise, ainsi que des bonnes nouvelles d'Abdel, invité à rester chez lui (dommage pour moi), peu d'événements notables si ce n'est la visite surprise que m'a rendue Jean-Francois Copé, de passage à Lyon pour expliquer aux 5 membres locaux de son mouvement "Génération France" son soutien à Nicolas Sarkozy pour la future présidence de l'UMP. Bien que tous les patients ne l'aient pas spontanément reconnu, autant vous dire que sa courte visite à l'heure du déjeuner a créé son petit effet dans le bâtiment, faisant même sortir l'interne de son habituelle réserve. Aucunement fâché par le fait que je le tacle à longueur de post, "Nicolas m'a bien pardonné pour Bygmalion" plaisante-t-il, expliquant en substance que c'est le tribut des personnages publics de ne pas laisser indifférents et d'être raillés au quotidien par divers opposants ou jaloux. Puis, il enchaîne sur l'accident de Sylvain Tesson, dont il connaît fort bien le père, Philippe, chroniqueur droitier. Je lui fais remarquer que le fils, lui aussi, le tacle à la page 75 de la version poche de "Dans les forêts de Sibérie". Ça le surprend beaucoup. Sacré Jean-Francois, depuis notre rencontre à l'UCPA en 1988, juste après l'échec de Chirac, son modèle, à la présidentielle, il est toujours resté aussi prolixe et ambitieux. À l'époque, il épatait la bourgeoise en sur-jouant l'énarque et en évoquant son avenir présidentiel auquel il croit toujours. "Dans 2 ans, tout le monde aura oublié l'affaire et je me relancerai dans la course pour 2022". En m'agrippant le bras, il me promet à voix feutrée qu'une fois élu, il supprimera le handicap pour les français de souche. Ah bon ? Je le remercie pour ça et également pour le livre de Valérie Trierweiler que son chauffeur vient de m'apporter. "j'en ai plein le coffre de la 408" assure t-il. "Tu vas bien te marrer".  Pas sûr !
Avant qu'il ne me quitte, je lui demande des nouvelles de Nadia, sa femme, et de Nadine Morano, récemment écartée de la nouvelle garde rapprochée de son idole, Nicolas, et qui vient de balancer un tweet dans lequel elle s'indigne de la nouvelle idylle Filippetti/ Montebourg. "Tu savais que son nom de jeune fille était Pucelle" me lance JF, hilare. "Mais étonnamment, elle ne l'est plus". Sur ce bon mot, il m'embrasse et file vers son destin. Quant à moi, mon regard se perd de nouveau dans les branchages.

Trêve de divagation, cet épisode horizontal m'a permis de prendre plus que du repos, de finir quelques bouquins, de me sevrer de somnifère, de choisir une nouvelle voiture et un nouveau fauteuil. J'aurai d'ailleurs bientôt à l'essai un fauteuil équipé de roues à assistance électrique. Un vrai plus pour pallier un gros moins, même si ce type de matos n'est pas réglementaire pour le record du tunnel de la mort, on est d'accord.
Nonobstant ce coup d'arrêt, je reste positif, estimant que je devrais recouvrer la station "assise" très prochainement, même s'il semble que cette p..... de Para-ostéo-arthropathie (POA) de la hanche, mère de tous les maux (ne pas confondre avec maire de tout Meaux) , pourrait nous réserver encore beaucoup de (mauvaises) surprises. En même temps, depuis 5 mois et demi, plus grand chose ne me surprend.

Tiens, aujourd'hui, les vendanges (manuelles) ont commencé au domaine bourguignon Sorine et fils. S'il n'est pas exceptionnel que je les rate, surtout au cours de ces 15 dernières années, c'est en revanche la première fois que je m'éloigne des vignobles durant un cycle végétatif complet. Je n'aurais jamais imaginé que les panoramas, les odeurs, la contemplation et l'atmosphère du terroir puissent me manquer à ce point.

 

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Les blogs les plus appréciés par la communauté

par Michel Sorine
par Michel Sorine
par Michel Sorine
Rating : 5 / 5 1426 visites 1 commentaires
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Relations Témoignage : vivre la maladie de Charcot à 40 ans en famille
  • Emploi Le congé pour longue maladie, comment ça marche ?
  • Démarches Jeune adulte handicapé : le passage de 18 à 20 ans
  • Relations On a arnaqué mon fils handicapé

© 2018 Plateforme Hizy