Aller au contenu principal

Les jeunes aidants : chiffres et notions clés

par Léa Borie
Modifié 13 mai 2020 10:08:45
2603 visites | 11 partages

Quel âge ont ces jeunes aidants ? Quels types d’aides apportent-ils à leur parent malade ou handicapé ? Quelle est la répercussion de ce rôle dans leur vie au quotidien ? On fait le point sur la question des jeunes aidants en France avec des données chiffrées et leur analyse.

les-jeunes-aidants-chiffres-et-notions-cles

Les jeunes aidants en chiffres

Âge Des Aidants

40 % des jeunes aidants interrogés sont âgés de 20 ans ou moins et notamment 13 % ont entre 13-16 ans

L’âge déclaré de début d’aide :

  • 18 % entre 6-10 ans
  • 6 % 11-12 ans
  • 19 % 13-15 ans
  • 33 % 16-20 ans

Une aide au quotidien

5h : c’est le temps donné par la majorité des jeunes aidants par semaine

Par rapport à leur quotidien 31 % se sentent dépassés

Une aide multiple

  • 61% apportent un soutien moral
  • 51% gèrent certains aspects de la maison
  • 43% aident la personne dans ses déplacements
  • 43% s’occupent des aspects médicaux
  • 33% se chargent de l’administratif
  • 20% s’occupent de l’intimité de la personne aidée

Répercussion sur la vie des jeunes aidants

  • Études/emploi : 34 % ont été absents au moins 1 fois au cours des 3 derniers mois
  • Vie sociale : 54 % ont le sentiment de ne pas pouvoir profiter de leur jeunesse
  • Santé : 61 % ont du mal à dormir et se réveillent la nuit

(Sources : Enquête Novartis-Ipsos « Qui sont les jeunes aidants aujourd’hui en France ? » Novartis – Ipsos, 2017. Assaf et al., 2016 ; Stamatopoulos, 2015)

 

Les jeunes aidants en lettres

Qui sont ces enfants aidants

Les jeunes aidants ont entre 7 et 25 ans (l’âge déclaré de début d’aide peut parfois même s’enraciner tôt dans l’enfance). Ils sont aidants au quotidien d’un proche atteint d’une pathologie grave, d’une maladie dégénérative, d’un handicap ou encore de troubles psychiatriques.

Quelles aides apportent-ils ?

Ils apportent 3 catégories d’aide :

  • s’occuper de la vie ménagère (faire les courses, le ménage, tenir les comptes et remplir les documents administratifs, s’occuper du petit frère…),
  • soutenir moralement la personne malade ou handicapée (écoute, remonter le moral…),
  • apporter les soins nécessaires (aider dans les déplacements, aider voire faire la toilette, donner les médicaments… ce qui représente 20 % de l’aide). « Or, c’est particulièrement là où on touche les limites de l’aidant, jeune ou pas d’ailleurs », d’après Françoise Ellien, psychologue clinicienne, spécialisée dans la clinique infantojuvénile.

Quels sont les impacts sur la vie des jeunes aidants ?

Sur les effets négatifs de l’aidance jeunesse, plus de 60 % des enfants évoquent des troubles du sommeil, de la vigilance, ou encore de la concentration. Plus que leurs pairs, ils sont davantage sujet à des difficultés scolaires, des absentéismes, voire du décrochage scolaire. Ce qui joue aussi sur l’aspect somatique : ce sont des enfants qui se disent fatigués, souffrant de lombalgies ou encore de troubles musculo-squelettiques.

Néanmoins, Françoise Ellien relève que « ces expériences de la vie font de ces jeunes des personnes plus matures que leurs frères, avec une plus grande capacité à évaluer et à analyser les choses, avec une résilience supérieure aux autres enfants. Et même si ce n’est pas une aide choisie mais subie, et qu’ils ne peuvent faire autrement, ils le font avec naturel ».

Et la formation des jeunes aidants ?

Françoise Ellien se réfère à une étude anglo-saxone sur les aidants en cancérologie : « On apprend que même si on permet aux aidants de monter en compétences techniques en leur proposant des formations (prévention d’escarre, comment aspirer quelqu’un avec un cancer du poumon…), cela n’a aucune incidence sur leur charge et leur détresse mentale, ils ne seront pas plus soulagés moralement, donc on peut imaginer une conclusion équivalente chez les jeunes en pleine scolarité ou études supérieures ».  Cela met, selon elle, le doigt sur une défaillance du système de santé.

 

Sources :

L’enquête Novartis-Ipsos, Enquête « Qui sont les jeunes aidants aujourd’hui en France ? » Novartis – Ipsos (Etude de 2017) proximologie.com/recherche/les-proches-face-a-la-maladie/jeunes-aidants/ 

ipsos.com/fr-fr/qui-sont-les-jeunes-aidants-aujourdhui-en-France

Assaf et al., 2016 ; Stamatopoulos, 2015

 
 

À lire aussi autour des jeunes aidants

 
Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

J'avais 15 quand il est tombé malade, mon père nous a quitté alors que je n'en avais que 17. Deux ans de cancer à aider comme on peut, à se sentir impuissant, inutile, les répercussions à l'âge adulte sont terribles...
facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Santé et Soins LA CANNE À PÊCHE VIBRANTE
  • Relations Tâche de l’auxiliaire de vie (AVS) : ce qu’on peut demander ou pas
  • Apprentissages Trisomie 21 : quelques méthodes d'apprentissages
  • Emploi Emploi : le café joyeux et ses serveurs handicapés

© 2018 Plateforme Hizy