Aller au contenu principal

Travailler avec une maladie chronique : comment et à qui m’adresser ?

par Blandine Pierron
Modifié 15 novembre 2018 11:02:40
4930 visites | 10 partages

J’ai des symptômes de maladie chronique, des troubles, des douleurs, une fatigue permanente, qui impactent fortement mes activités et mon travail. Avant toute chose, je choisis un médecin traitant qui m’écoute. En plus de m’examiner et de soulager mes symptômes, il m’explique ce dont je souffre. Aussi, il met en œuvre une recherche de diagnostic

travailler-avec-une-maladie-chronique-

 

J’utilise ces informations pour faire comprendre, le plus sereinement possible, les impacts de ma pathologie à mon entourage, notamment de travail. De la même façon, ces éléments m’aideront à faire prendre en compte ma maladie auprès :

  1. du médecin du travail, ou du médecin de prévention si je suis fonctionnaire
  2. du médecin conseil de la sécurité sociale ou du comité médical de l’administration si je suis fonctionnaire
  3. de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) si je fais une demande de Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH)

Aussi, mon médecin traitant tient compte des impacts de mon état de santé sur mon travail, car c’est l’allié de toutes mes démarches.

Vis-à-vis de mon milieu professionnel

Si j’ai besoin d’aménagements d’horaires et de poste, de télétravail, je dois le négocier avec mes collègues et mon employeur. Je ne suis pas tenu(e) de tout dire de mes problèmes de santé, ni à tout le monde.

Je prends rendez-vous avec le médecin du travail, mon interlocuteur privilégié.  Son rôle est de s’assurer que mon travail est compatible avec mon état de santé. Je peux lui apporter un courrier de mon médecin traitant et des éléments médicaux, car il est tenu au secret professionnel. Il fait, avec mon accord, des propositions à mon employeur afin d’adapter mon travail. 

Vis-à-vis de la CPAM 

(ou de l’administration si je suis fonctionnaire)

Si mon médecin le juge nécessaire : 

  • Il me prescrit un arrêt maladie et le renouvelle
  • Il prescrit la prolongation du congé maladie au-delà de six mois si je suis salarié du privé (d’un an si je suis fonctionnaire)
  • Il me prescrit un travail à temps partiel thérapeutique
  • Il appuie ma demande de pension d’invalidité

De mon côté, je réponds à la convocation du médecin conseil de la sécurité sociale. Je vérifie que celui-ci a bien reçu les éléments adressés par mon médecin. Je peux me renseigner auprès de la Carsat (Caisse d'assurance retraite et de la santé au travail, le service social de la CPAM), ou si je suis fonctionnaire auprès du service social de mon administration.

Vis-à-vis de la MDPH

Le médecin du travail peut me conseiller de demander une Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH). Je fais, si je le veux, cette demande auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH). C’est mon médecin traitant qui doit remplir, avec moi, un certificat médical.

De mon côté, je rédige mon projet de vie en faisant état de mes incapacités et de mes besoins pour continuer à exercer une activité professionnelle.

En permettant aux employeurs de percevoir des aides, ou de répondre à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés, cette reconnaissance facilite une nouvelle embauche ou un aménagement de mon emploi actuel. Elle m’ouvre également des droits supplémentaires à la formation et à des emplois adaptés. Cependant, je suis libre d’utiliser la RQTH ou non.

Pour conduire toutes ces démarches, je me fais accompagner par une association de malades et une assistante sociale, et ce, d’autant plus si ma maladie n’est pas reconnue comme handicapante.

 

A lire aussi sur maladie non reconnue et travail

Veuillez vous connecter pour évaluer la page.

Ajouter un commentaire

Bonjour, Concernant la douleur liée aux maladies chroniques, il est possible de demander au médecin traitant d'orienter le patient vers une consultation douleur dans un hôpital. La consultation douleur, pluridisciplinaire, pourra apporter des réponses complémentaires à celles données par le médecin traitant. cordialement, Nathalie Aulnette directrice de la Fondation APICIL contre la douleur
par des mesures d'aménagement du poste de travail sur un plan ergonomique, ou de réorganisation (horaires, télétravail …) ou de reclassement, est une nécessité à la fois sociale et économique : Les maladies chroniques au travail : http://www.officiel-prevention.com/sante-hygiene-medecine-du-travail-sst/service-de-sante-au-travail-reglementations/detail_dossier_CHSCT.php?rub=37&ssrub=151&dossid=554 …
Site indispensable et bien exécuté pour trouver des réponses à ^mes questions. Merci.

Emploi  :

Ombres & Lumière

Retrouvez tous les emplois de Ombres & Lumière

facebook Twitter Youtube Instagram
Les derniers articles commentés
Les derniers articles commentés
  • Démarches Pension de réversion : les questions que personne n’ose poser
  • Relations Accueil familial d’adultes handicapés : un vrai projet de vie !
  • Emploi Le congé pour longue maladie, comment ça marche ?
  • Démarches Comprendre le taux d’incapacité (mise à jour 02/2019)

© 2018 Plateforme Hizy