La prestation de compensation du handicap comprend un volet spécifique concernant l’aide animalière. Mais attention, pour y avoir droit, il faut impérativement que l’animal ait été formé et soit mis à disposition par un centre d’éducation de chiens labellisé.

Le chien guide et le chien d’assistance

Lorsque l’on entend aide animalière, on pense presque exclusivement aux chiens guides d’aveugles. Il est moins connu que des chiens sont spécifiquement formés pour aider les personnes en fauteuil ou celles ayant une perte d’autonomie, quelle que soit son degré. On parle alors de chiens d’assistance. Ils sont formés – pendant deux ans – pour aider leur maître en toutes circonstances. Ils peuvent aller chercher un objet – comme un téléphone sans fil ou une paire de lunettes – ouvrir une porte ou un tiroir, récupérer un sac dans un magasin, ou encore aboyer sur ordre pour prévenir l’entourage en cas de problème. Un tel animal devient en général un assistant indispensable et, à lui seul, un gage d’autonomie.

Quels sont les frais pris en charge par la PCH aide animalière

La PCH aide animalière ne peut être attribuée que dans le cas où « l’aide animalière concourt à maintenir ou améliorer l’autonomie de la personne handicapée dans la vie quotidienne ».

La PCH ne couvre pas l’acquisition de l’animal, ce qui est inutile puisque les associations qui assurent la formation des chiens les mettent à disposition à titre gratuit. En revanche, sont pris en charge les frais d’entretien de l’animal, c’est-à-dire sa nourriture. La prise en charge est plafonnée à 3 000 euros par période de cinq ans, soit 50 euros par mois.

Depuis le 1er janvier 2006, la loi précise clairement que cette prise en charge ne peut être accordée que lorsque le chien « a été éduqué dans une structure labellisée et par des éducateurs qualifiés ».

aide animalière
Pour posséder un chien d'assistance, il faut impérativement s’adresser à une structure qui a reçu un label de l’État © Istock

Comment procéder pour obtenir un chien d’assistance ?

Il faut impérativement s’adresser à une structure qui a reçu un label de l’État, ce qui n’est possible que sur la base de critères très stricts : employer des personnes diplômées pour la formation des chiens, mettre les animaux à disposition à titre gratuit, disposer d’un comité d’attribution pluridisciplinaire comprenant notamment un médecin, n’attribuer un animal qu’aux personnes titulaires de la carte d’invalidité.

Il faut envoyer une demande à une telle structure, qui va l’examiner avant de rendre une visite domiciliaire au demandeur. « Lors de cette visite, nous faisons le point sur les problèmes particuliers du demandeur et sur ses attentes », explique une responsable du centre de Lyon de l’association Handi’chiens. La demande est ensuite examinée par le comité d’attribution. « En cas d’accord, la personne doit obligatoirement faire un stage de 15 jours. C’est lors de ce stage qu’a lieu la rencontre entre l’animal et son futur maitre » – moment très important qui permet de savoir si le contact passe entre les deux protagonistes.

Comment obtenir la PCH aide animalière ?

La PCH aide animalière ne peut être obtenue que lorsque la personne handicapée a déjà l’animal, ou au moins que sa demande a été acceptée par le comité d’attribution. Les délais pouvant être parfois assez longs entre l’acceptation de son dossier et l’attribution de l’animal, l’association Handi’chiens conseille de remplir le dossier PCH au moment de l’obtention du stage.

La demande se fait auprès de la MDPH, via le formulaire Cerfa 13788*01. Il faudra y joindre le maximum de pièces justificatives, en particulier le document attestant de l’accord de la structure fournissant le chien d’assistance. La demande est ensuite traitée par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées, sous quatre mois. Selon les différentes MDPH que nous avons contactées, il est extrêmement rare qu’un dossier soit refusé.

> Arrêté du 20 mars 2014