La ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzin, a annoncé mercredi 3 juillet la création d’un congé rémunéré pour les aidants s’occupant d’un proche âgé, malade ou handicapé. Il pourrait prendre effet dès 2020.

La mesure, qui devrait entrer en vigueur en 2020, est très attendue par de nombreux Français s’occupant chaque jour d’un proche malade ou en situation de handicap et jusqu’à présent, sans aucune reconnaissance. Elle figurera dans le prochain budget de la Sécurité sociale (PLFSS 2020) et sera organisée dès cet automne.

Reconnaissance du rôle des aidants

« Je peux déjà vous dire que parmi les axes majeurs de ce plan figurera la conciliation de la vie professionnelle et de la vie de proche aidant, a précisé la ministre mercredi 3 juillet 2019. Pour la faciliter, nous allons créer un congé de proche aidant, indemnisé, dès la prochaine loi de financement de la Sécurité sociale. »

 

Le Président de la République Emmanuel Macron avait déjà souligné la nécessité de mieux reconnaître le rôle des aidants familiaux lors de sa conférence de presse du 25 avril dernier qu’il désignait comme : « Celles et ceux, souvent les femmes, qui ont mis entre parenthèses ou sacrifié leur vie professionnelle pour s’occuper d’un enfant en situation de handicap, d’un proche, une personne de la famille devenue dépendante ».  

 

À lire aussi : "Isolement des proches aidants, une fatalité ?

 

Le montant du congé aidant rémunéré sera-t-il suffisant ?

On ne connait pas encore les détails de ce congé rémunéré spécial aidants (ni son montant, ni les conditions pour en bénéficier), mais il devrait être mis en place en collaboration avec la secrétaire d’État chargée du handicap, Sophie Cluzel, a précisé Agnès Buzin lors d’un discours devant des professionnels-les du secteur médico-social, citée par l’AFP.

Un congé aidant de 3 mois, pas très utile…

Il existait déjà la possibilité de demander un congé pour s'occuper d'un proche, pendant 3 mois maximum, mais ce dernier n’était pas rémunéré, ce que dénonçait de nombreuses associations et personnes concernées. Rappelons que près de 11 millions prennent soin d’un proche en situation de fragilité et sont considérés comme des aidants. Il était donc temps…

 

À lire aussi, notre dossier spécial : "Famille, proches aidants : savoir déléguer