Une salle de sport adaptée au handicap moteur : une première en France (à Lyon !) dont Hizy.org est partenaire. Le site d’Handicap International a souhaité s’associer à cette magnifique histoire humaine qui débouche sur un concept inédit et novateur. Récit.

Le lieu a ouvert mi-octobre 2018 à Lyon et c’est une première sur le territoire français : une salle de sport adaptée aux personnes à handicap moteur. Ce projet original est né dans la tête de Vance Bergeron et de l’association ANTS Working Together, qu’il a créé avec son épouse en 2015.

Salle de sport adaptée ANTS : la genèse du projet

Retour en arrière. En 2013, Vance Bergeron, directeur de recherche franco-américain du CNRS et passionné de vélo est victime d’une grave chute qui le laisse tétraplégique incomplet. Dès sa post-réanimation, il commence alors déjà à ré-orienter ses recherches vers la rééducation neurologique, et en particulier la stimulation électrique musculaire (électrostimulation). Son épouse témoigne : « Il ne s’est pas laissé abattre et s’est tout de suite plongé dans ce qui existait sur le sujet. Son objectif était de pouvoir refaire du sport un jour. Aux États-Unis, beaucoup de salles de ré-éducation intègrent des appareils d’électrostimulation. Au gré des avancées, il a ensuite fallu convaincre le corps médical de s’associer aux recherches et de s’intéresser à ces outils. » Puis Vance Bergeron fait venir une première machine d’outre-Atlantique. Et face à ce matériel qui coûte cher, il se dit qu’il pourrait en faire profiter le plus grand nombre.

Électrostimulation Lyon Sport adapté : comment ça marche ?

L’électrostimulation a un objectif simple : permettre aux handicapés moteurs de conserver leur densité osseuse et retarder l’apparition de l’ostéoporose, qui arrive souvent à vitesse grand V lorsque les gens se retrouvent en fauteuil. Il s’agit aussi de maintenir une bonne circulation sanguine. Pour cela, on place des électrodes en amont et en aval des muscles et le faible courant envoyé envoie un signal aux muscles qui font bouger les pédales.

Une association pour porter le projet de salle de sport adaptée

Pour permettre au projet de salle de sport adaptée de voir le jour, il faut d’abord créer une association. En 2015, ANTS Working Together naît alors avec un objectif : creuser l’aspect scientifique de l’électrostimulation et mettre à la disposition du plus grand nombre les dernières avancées en matière de neuro-rééducation. Il s’agit tout autant de s’entourer d’industriels, pour améliorer les techniques utilisées, que de médecins, afin que l’aspect médical ne soit pas négligé. À Lyon, un partenariat avec les HCL a ainsi été conclu. « Être accompagné de professionnels qui connaissent les outils et les pathologies concernés nous aident beaucoup et nous souhaiterions reproduire le schéma pour multiplier ce genre de salles dans l’hexagone, » complète Danièle Bergeron.

« Le but de cette salle de sport adaptée, c’est de permettre aux gens psychologiquement et physiologiquement atteints dans leurs corps de sentir bien, de refaire du sport et de maintenir leur condition physique pour limiter l’apparition de maladies secondaires. »

Salle de sport adaptée Lyon : ce qu’on y trouve

Installée dans les locaux de l’ENS et facilement accessible en transports en commun, la nouvelle salle de sport adaptée proposera des appareils de musculation pour le haut du corps (qui pourront être utilisés en restant dans le fauteuil roulant), des rameurs et vélos à électrostimulation, un fauteuil verticalisateur avant de passer à l’exosquelette, pour reprendre la marche debout. « Avec cet outil, les gens ne vous regardent plus en baissant la tête mais en la levant et ça fait du bien à tout le monde », explique Danièle Bergeron.

À noter que les personnes qui fréquenteront la salle seront installées dans les machines par des diplômés d’APA (Activités Physiques Adaptées)

Salle de sport adaptée : ils ne se sont jamais découragés

Tous ceux qui font partie de l’association et ont contribué à la mise en place du projet de salle de sports adaptée sont fiers de l’ouverture, qu’ils attendaient avec impatience depuis 2 ans. « Il n’y a jamais eu de découragement, souligne Danièle Bergeron. Tout est allé très vite, on a toujours gardé la pêche et la motivation intacte. Les personnes que Vance a rencontré en ré-éducation à Henry Gabrielle et qui nous ont rejoint se sont impliqués avec l’envie de pouvoir refaire du sport un jour. C’est désormais possible. » Et de poursuivre : « Depuis qu’on a eu l’idée, tout s’est passé très vite. On se demande comment on a pu faire autant en si peu de temps. Nous pouvons être fiers de cette salle, la première de ce type en France. »

Salle de sport adaptée Lyon : un lieu d’échanges

Cette salle, c’est du sport. Mais pas que. Il s’agit aussi d’un lieu d’échanges et de convivialité. « Les personnes qui viendront seront aussi là pour créer du lien entre elles, souligne Danièle Bergeron. Ce sera leur lieu à eux, où les personnes handicapées pourront prouver qu’elles aussi peuvent faire du sport. Socialement, c’est très important, ça montre qu’on peut être l’égal des valides. » Et d’ajouter : « Une personne en fauteuil qui se remet à faire du sport, c’est toujours très émouvant. Il y a des mots qui se disent, des regards qui pétillent. Peut-être qu’ils ne remarcheront pas un jour, mais le sport, ça, on ne pourra pas leur enlever. »

Pour en savoir plus