Lorsqu’on accompagne un conjoint malade, il est fréquent de s’interdire l’idée même de partir en vacances ensemble. Pourtant, quelques conseils simples et un peu d’organisation permettent de partir avec sérénité.  

Comment choisir sa destination de voyage ? 

Le médecin de votre conjoint pourra évaluer ses capacités à voyager en fonction de son état de santé et des traitements. Une démarche importante, car de nombreux voyages nécessitent d’être muni de certificats médicaux, par exemple pour le transport de médicaments. Son médecin vous donnera aussi des conseils sur les lieux à éviter en fonction de la maladie (ville polluée, climat peu propice…). Enfin, il pourra vous faire part d’incompatibilité entre les vaccins obligatoires dans certaines régions du monde et le traitement prescrit. De précieux renseignements sont également disponibles sur l’application Métis de l’institut Pasteur, dédiée aux voyageurs. Pour vous aider à choisir un lieu de vacances, vous pouvez aussi parcourir les blogs de voyageurs en situation de handicap ou malades. Comme Omniterra, le blog de Mathilde, porteuse de la maladie de Crohn, et son compagnon Régis qui racontent leurs péripéties et découvertes sur 3 continents. Sans jamais oublier de donner de nombreux conseils pratiques.

Un séjour confort pour son conjoint malade 

Plus qu’une destination, il faut avant tout penser à choisir un lieu pertinent, en fonction de l’état de santé du conjoint. Quelques critères à prendre en compte :
-le trajet avec une distance acceptable et un moyen de transport le moins fatiguant possible ;
-la localisation peu isolée, et a minima proche de services de santé (médecin, infirmier, pharmacie, hôpital) ;
-un logement reproduisant le confort du lieu de vie habituel et disposant éventuellement d’une pièce séparée pour l’intimité de la toilette, des soins ;
-la facilité d’accès à des activités et visites, qui peuvent être inhabituelles pour changer du quotidien.

Les séjours adaptés 

Quel que soient les critères de recherche, il est important d’organiser votre voyage à deux. Comme le note Didier Forêt (organisateur de séjours de vacances adaptés pour les personnes souffrants de problèmes respiratoires), il suffit d’un peu d’organisation pour « aller au-delà de l’inquiétude et de l’angoisse du couple ». Les vacances deviennent ensuite une façon de « dépasser le fardeau du quotidien et de mieux accepter le traitement de la maladie». Pour répondre à un besoin spécifique ou pour aider le conjoint non-malade, plusieurs associations proposent des séjours adaptés, comme :

  • Vacances répit famille qui compte 3 villages vacances en France pour accueillir les personnes dépendantes et leur entourage ;
  • France Alzheimer qui propose des séjours détente d’avril à octobre, avec des activités partagées au sein du couple.
  • France Parkison qui organise des séjours aidants aidés, dont certains incluent une cure thermale.

 

 

Les vacances sont un bol d'air pour tout le monde © Istock

Préparer sa trousse à pharmacie pour les vacances

Il vaut mieux préparer le plus tôt possible le traitement médical. Prendre une quantité suffisante de médicaments pour l’ensemble du séjour et même quelques jours de plus en cas de problème. Etre malade et voyager, un article du magazine Dossier Familial, donne des informations spécifiques en fonction de différentes maladies. Primordial aussi lors d’un voyage à l’étranger, il faut conserver avec soi l’ordonnance correspondante contenant les sigles DCI (Dénomination commune internationale).

Le transport des médicaments

Pensez également à utiliser une boîte isotherme ou réfrigérante, lorsqu’une conservation au frais est nécessaire. Une fois les médicaments prêts, il ne faut pas oublier leur transport.

En avion et en train, il est préférable de se munir d’un certificat médical en anglais ou d’une autorisation de la DDASS (Direction départementale des affaires sanitaires et sociales) de votre département qui servira de justificatif. Pour la conservation au frais, vous pourrez solliciter le stockage dans les réfrigérateurs de la cabine du personnel de bord dans un avion et de ceux du wagon-bar dans un train. Pendant un séjour en Europe et au-delà des médicaments, il faut se munir d’une carte européenne d’Assurance Maladie qui facilitera la prise en charge.

HAD et assurances voyages 

Si votre conjoint dispose d’une hospitalisation à domicile (HAD), les professionnels du lieu de destination peuvent assurer le même service. Pour cela, les démarches doivent être établies avec l’infirmier coordinateur de l’HAD du conjoint. Autre élément à envisager : l’assurance voyage. En complément de la carte Européenne d’Assurance Maladie, l’assurance rendra plus rapide l’orientation de votre conjoint vers une structure médicale compétente, l’avance des coûts financiers et l’éventuel rapatriement si nécessaire.

Quelles sont les aides pour partir en vacances ?

Enfin, il est possible d’avoir des aides pour partir en vacances : des aides financières auprès des mutuelles, des caisses de retraites, d’associations ou par le biais des chèques vacances également pour le conjoint qui accompagne la personne malade.

 

En savoir plus sur l'application Métis de l’institut Pasteur, dédiée aux voyageurs et Omniterra, le blog de Mathilde, porteuse de la maladie de Crohn.