Le CDI dans le privé n’est pas forcément la voie la plus accessible pour retrouver un travail après interruption professionnelle causée par une maladie, un handicap, ou les soins apportés à un proche. Quelques pistes alternatives retenues par Hizy, en particulier lorsqu’on peut faire valoir une reconnaissance de situation de handicap. 

Reprendre le travail par des missions en intérim

Contraint par les fins de mois, reprendre avec un contrat de travail précaire, notamment en intérim, peut sembler plus accessible. Parallèlement, c’est aussi un moyen de vérifier ce que l’on pourrait et aimerait faire, de se tester. Aussi, postuler dans une agence peut aider à se lancer dans la recherche d’emploi : rédiger un CV, préparer et passer un entretien d’embauche

Attention ! L’intérim, c’est souvent à temps plein sur des temps courts. Travailler de façon très condensée sur une courte période n’est peut-être pas la meilleure façon de reprendre, lorsqu’on ne travaille plus depuis trois ans. Souvent, les missions demandent d’être opérationnel tout de suite.

Opportunités d’embauche en intérim en cas de handicap reconnu

La loi Handicap de 2005 incite les entreprises à employer, directement ou par intérim, des salariés dont la situation de handicap est reconnue, notamment qui ont une Reconnaissance de la qualité de travailleurs handicapé (RQTH). Dans ce cadre, l’embauche par intérim de travailleurs handicapés a été encouragée par la loi Pénicaud, en vigueur depuis le 1er janvier 2019.

C’est pourquoi, à compétence égale, la candidature d’une personne en situation reconnue de handicap peut être privilégiée, en raison de cette reconnaissance. Aussi, faire reconnaître son handicap, et le déclarer dans les agences de travail temporaire, peut être un atout.

Attention ! Veillez à ce que la mission qui vous est proposée permette les aménagements de poste qui vous sont nécessaires.

 

Entrer dans la fonction publique : possible à tout âge

Les postes disponibles dans la fonction publique sont accessibles par contrat, comme dans le secteur privé, ou par voie de concours en vue d’une titularisation. Nul ne peut être écarté, en raison de son handicap, sauf si celui-ci est déclaré médicalement incompatible avec la fonction postulée. Les postes sont ouverts à tous par catégories (A, B ou C), pour lesquelles seul le niveau d’étude est pris en compte.

Fonction publique : entrée possible aux bénéficiaires de l’obligation d’emploi 

  • Les concours

Pour la plupart des concours, il n’y a pas de limite d’âge. Lorsque la situation de handicap est reconnue, l’organisation des épreuves peut être adaptée aux moyens physiques du candidat, notamment leur durée et leur fractionnement. Des temps de repos sont également accordés entre deux épreuves successives. Selon le cas, on peut disposer d’un outil de traitement de texte, d’un logiciel à commande vocale.

Conseils : Le déroulement des épreuves est inscrit sur la convocation. Vérifiez qu’il est conforme à ce qui a été prévu pour vous. Aussi, quelques jours avant l’épreuve, assurez-vous auprès de l’organisateur de la mise en place des aménagements demandés.

  • Le contrat donnant vocation à titularisation

La reconnaissance de situation de handicap permet d'être titularisé sans concours, après une période courte en tant que contractuel (6 mois ou un an, selon la catégorie d’emploi).

 

En savoir plus sur les pistes après coupure professionnelle