Capucine souffre d’une pathologie handicapante douloureuse. Elle a expérimenté l’hypnose médicale dans un centre de gestion de la douleur. Elle nous livre son expérience et les bienfaits de l’hypnose contre les douleurs.

Ma pathologie douloureuse reconnue ne pouvait plus prétendre aux médicaments contre la douleur qui me soulageaient à cause de nombreuses allergies et effets secondaires. Un médecin m’a parlé de la méthode de l’hypnose médicale, et m’a demandé si j’accepterais d’essayer cette méthode.  J’ai répondu positivement, et avec le recul, je ne regrette pas.

J’avoue que les premières séances d’hypnose ont été difficiles car je réfléchissais trop. J’étais dispersée, ayant trop de questions au fond de moi-même et ayant peur. Ce fût un apprentissage entre le médecin et moi-même pour que je lâche prise vers une expérience nouvelle qui change et évolue au fil des temps.

Nous ne sommes pas dépossédés de nous-mêmes avec l’hypnose 

On se sent accompagné dans un chemin d’exploration proposé avec des suggestions. Le médecin contrôle et voit comment l’on peut ressentir des effets antalgiques dans tout notre être.

Chacun doit trouver des ressources ; tout le monde en a au fond de lui-même. On peut être mal informé sur l’hypnose et avoir des craintes d’être dépossédé d’une partie de nous-mêmes, mais c’est une erreur.

Au bout de plusieurs séances et objectifs, j’ai vraiment ressenti le côté positif de cette approche médicale : j’ai éprouvé une paix, une plus grande sérénité dans diverses situations difficiles à affronter. Parfois, à travers le combat de la maladie, des médecins semblaient avoir une autorité sur moi sans que je puisse m’exprimer. Et là, j’ai pu le faire simplement et posément, en exprimant mon souhait sur des examens ou des symptômes.

Malgré la douleur, je continue à avancer

Cela m’a aidé aussi dans certaines incompréhensions de l’extérieur, les gens n’ont pas l’habitude de voir des personnes qui veulent vivre et se battre contre la maladie ou des handicaps. Désormais, je gère mieux mes émotions et ma sensibilité en ayant un recul positif.

Aujourd’hui, j’ose avoir de l’assurance et continuer à me battre dans le bon combat, comme un petit soldat en guerre contre tous ces maux, et à garder l’espoir d’aller mieux. Physiquement je souffre toujours, mais grâce à plus de force mentale et un moral amélioré, je continue à avancer.

Malheureusement je fais partie des personnes qui ont une pathologie qui s’aggrave. Je n’ai plus l’usage de mes jambes et depuis peu de mes avant-bras… Il faut prendre le temps d’accepter ce changement pas facile à vivre. J’essaie de cohabiter mieux avec la douleur qui semble négative mais je souhaite qu’elle s’estompe et devienne positive. Elle fait partie de moi-même et je ne dois pas la rejeter. Il ne faut jamais désespérer on peut toujours trouver des solutions. Il suffit de vouloir et être prêt à les entendre, et à les comprendre.

Vivre le moment présent 

L’hypnose thérapeutique m’a aidé à me poser moins de questions. Les jours défilent et ne se ressemblent pas… Un rayon de soleil met de la lumière au milieu des nuages qui s’estompent peu à peu : il y a toujours un petit coin de paradis à trouver où l’on peut s’évader. Un arc-en-ciel dans les hôpitaux ; on ne parle plus de la douleur car nous désirons tous aller mieux. L’hypnose se vit avec ce que l’on est au moment-même dans le lieu et cadre offerts. La séance se fait et se vit. C’est un pont entre ceux qui vont bien et ceux qui souffrent. C’est une chaîne avec des maillons sans fin avec des sourires et parfois des larmes. Pour conclure, je citerais cette phrase : ‘‘L’impossible dans l’espérance peut devenir possible…’’

 

À lire aussi sur hypnose et méditation :