Qu'est-ce que l'hypnose thérapeutique, comment ça marche, pour qui… Tout savoir sur l’hypnose appliquée aux enfants atteints de handicap.

L’Hypnose pour soulager la douleur : c’est sérieux ?

Au milieu des années 1990, des chercheurs en neurosciences ont montré que l’hypnose médicale correspondait bien à un état cérébral particulier. Elle a été immédiatement utilisée en santé pour travailler sur la douleur et l’anxiété.

L’hypnose, pour qui ?

L’hypnose médicale est un processus naturel qui conduit à une sorte de conscience augmentée. Ce phénomène se produit spontanément chez tout le monde. Plonger dans ses pensées pendant un temps assez long tout en conduisant est un état hypnotique. Contrairement à la perte de vigilance et à la diminution du champ visuel qui surviennent quand on téléphone au volant, l’état hypnotique n’engendre pas une baisse de l’attention, au contraire. Le champ de conscience s’élargit et l’imagination est plus vive. Le praticien l’induit intentionnellement chez le patient pour qu’il soit capable de mieux utiliser ses propres ressources.

L’hypnose, comment ça marche ?

L’hypnose thérapeutique ne supprimera pas l’atteinte neurologique de votre enfant mais elle pourra par exemple moduler la perception de ses douleurs articulaires. Les praticiens considèrent que la douleur est constituée d’un tiers de douleur actuelle, un tiers de douleur mémoire et un tiers de douleur ressentie par anticipation. L’hypnose a au minimum un effet sur les deux derniers tiers, ce qui n’est pas négligeable ! L’hypnose permet de calmer les douleurs : peu à peu, elles baissent en intensité et deviennent moins fréquentes. Elle est mieux gérée par votre enfant. Dans le cas d’une rééducation sous hypnose, il percevra bien le mouvement de l’exercice destiné à récupérer ou conserver de la mobilité, mais imaginera en même temps un ailleurs. Il sera moins anxieux, plus détendu, et la rééducation sera facilitée.

L’hypnose pour quelle pathologie ?

L’Institut français d’hypnose indique dans sa charte éthique que l’hypnose thérapeutique est une technique complémentaire à d’autres formes de pratiques scientifiques ou cliniques. Elle ne peut donc pas être une activité thérapeutique à elle seule lorsqu’une prise en charge « à plusieurs voix » est possible et pertinente. Par contre, elle peut accompagner un grand nombre de traitements. Si les axes les plus courants concernent la douleur et l’anxiété, la frustration peut elle aussi être travaillée, ce qui est intéressant pour gérer les troubles du comportement.

L’hypnose à partir de quel âge ?

L’hypnose médicale est possible généralement à partir de 4 ans. Il faut que votre enfant ait accès au symbole. Avant cet âge, les pratiques dites de distraction peuvent aider à gérer la douleur et l’anxiété. Tout le monde n’est pas hypnotisable de la même façon ni avec la même facilité. L’âge optimal se situe entre 8 et 12 ans.

Combien de séances d’hypnose ?

La fréquence de séances d’hypnose médicale dépend de l’objectif des soins et du praticien. Cela peut aller d’une fois par jour en centre, à une fois par quinzaine en ambulatoire. Rapidement les séances s’espacent avec la mise en place de l’autohypnose.

Qu'est-ce que l'auto-hypnose?

L’hypnose va aider votre enfant atteint de handicap à utiliser ses propres ressources pour être mieux. En quelques séances, il peut acquérir une certaine autonomie et procéder à de l’auto-hypnose. Par exemple, en ayant appris à identifier ce que ressent son corps avant la survenue d’un trouble, votre petit saura concentrer sa frustration dans son poing avant de l’évacuer en soufflant dessus. C’est une technique simple mais efficace au quotidien. L’hypnose médicale est également très utile aux parents car ils sont inclus dans la prise en charge.

Quelles sont les limites de l’hypnose ?

La limite principale est que l’hypnose ne peut pas guérir les lésions. Elle favorise « seulement » des processus existants chez les individus.

 

Merci à Antoine Bioy, professeur de psychologie clinique et psychopathologie à l’Université de Bourgogne.

 

À lire aussi sur hypnose et méditation :

Ressources :