L’aide à la toilette est un acte intime qui ne peut être imposé sans maltraitance. Mon vieux père s’y refuse. Pourtant, certains gestes d’hygiène corporelle lui sont de plus en plus pénibles. Comment le convaincre d’accepter l’intervention d’une auxiliaire de vie pour l’aider à se laver ? Conseils et astuces.

L’aide à toilette est un acte plus intime qu’urgent

L’aide à la toilette ne peut être imposée à ses parents. « S’ils sont en capacité de le faire, eux seuls peuvent en décider. Se laver est toujours quelque chose d’intime, explique Karine Maricau, conseillère au Clic Relai Autonomie - Cœur de métropole - de Lille. » Aussi, lorsqu’ils pensent qu’une assistance à la toilette est nécessaire, les proches doivent gagner l’adhésion de la personne qu’ils aident. 

« L’urgence doit être mesurée, ajoute-t-elle, car ne pas se laver tous les jours n’est pas une catastrophe sanitaire. Le mieux en tant qu’enfant est de se référer aux habitudes de vie de sa mère (ou de son père) et non à ce que l’on estime bien pour elle. » Surtout, ne pas donner l'impression d'imposer l'aide comme une sanction faisant suite à un manque d'hygiène.

« Le fait qu’un fils, ou une fille, dise à sa mère - il faut que tu te laves, il faut que tu te fasses à manger, il va falloir qu’on mette en place une aide - la dépossède de son rôle de parent, observe Karine Marico. Parfois, les personnes âgées sont en opposition avec leurs enfants, juste pour montrer qu’ils ont encore leur place de parent. »

Amélie Wallyn, ergothérapeute, suggère d’observer les gestes du quotidien devenus difficiles : « maman, je vois que tu peines à attraper les assiettes qui sont en hauteur, cela doit être difficile de te laver les cheveux. » Plutôt que : « maman, tu t’es lavée quand la dernière fois ? »

Aussi, le rôle des enfants de parent vieillissant est de trouver et de s’appuyer sur des relais :

  • le médecin,
  • l’infirmier si des passages sont prescrits,
  • l’auxiliaire de vie lorsqu’elle intervient déjà au domicile.

Faire de son médecin traitant mon allié

Le médecin fait autorité, et ce d’autant plus vis-à-vis des personnes âgées, car il est souvent leur médecin de famille, rappelle Amélie Wallyn. Suite au bilan de motricité le médecin peut dire : « Je vois bien que vos rhumatismes réduisent votre mobilité. J’imagine que c’est un peu douloureux de vous laver. Est-ce que l’on peut mettre quelque chose en place pour vous aider ? »

Etant un proche de la personne âgée, on peut lister avec elle les difficultés dont il faudra parler à la consultation, l’accompagner, si elle le souhaite.

Proposer une aide à la toilette par étapes

Quelqu’un pour m’aider à me laver, jamais de la vie ! - Lorsqu’une auxiliaire de vie intervient déjà à domicile, elle peut contourner ce refus en proposant une toilette peu intrusive. « Une toilette des pieds, par exemple, répond à l’une des premières incapacités des personnes âgées : se baisser et toucher leurs pieds, explique Amélie Wallyn. Aussi pour une personne diabétique, cette toilette est indispensable, car dans ce cas, les blessures sont insensibles et risquent de s’infecter. Petit à petit, ce sera possible d’amener les choses progressivement, de remonter le long de la jambe. Cette professionnelle du soin à domicile saura trouver les mots pour convaincre la personne d’être davantage aidée.»

Karine Marico ajoute qu’il faut bien expliquer à son proche âgé que c’est lui qui sera maitre de sa toilette. Il pourra dire, par exemple : - J’ai juste besoin aujourd’hui d’une aide pour mon dos, pour mes pieds, parce que je n’y arrive plus. Le reste je vais le faire toute seule -. Aussi, elle informe les personnes aidées qu’elles peuvent faire leur toilette intime, un peu avant l’arrivée de l’auxiliaire de vie, qui n’interviendra pas pour cela. 

Saisir les moments où elle nous fait part de ses difficultés

« Je me lave au gant maintenant, je ne peux plus enjamber la baignoire, j’ai peur de glisser dans la douche ». L’aménagement de la salle de bain, outre qu’il est indispensable (tapis anti-dérapant, siège de douche, marches pour accéder à la baignoire) est un moyen d’aborder le sujet. Des suggestions sont possibles : « Est-ce que cela te ferait plaisir de prendre une douche, si quelqu’un était présent avec toi en cas de problème ?

Se renseigner auprès d’une auxiliaire de vie ou service prestataire

Dans chaque département, il y a au moins un Centre local d’information et de coordination (CLIC), dont la mission est d’informer sur les services possibles, leur coût et d’accompagner les démarches pour leur financement. En effet, les personnes âgées ne sont pas toujours au courant des aides possibles. Aussi une proposition d’aide concrète et accessible sera beaucoup mieux acceptée.

Amélie Wallyn ajoute que l’aide à domicile est un droit pour les personnes vulnérables. Plutôt que d’annoncer « on va prendre quelqu’un pour t’aider », on peut dire, à l’appui d’un projet d’aide concret : « tu as le droit d’avoir quelqu’un qui passe chez toi pour te donner un petit coup de main. »

Comment anticiper l’intervention d’une aide à la toilette ?

Le plus souvent, avant qu’une aide à la toilette soit nécessaire, on remarque les difficultés de son parent, notamment par les activités qu’il délaisse (entretien de son logement, du jardin, relations sociales). C’est le moment de lui parler d’être secondé par un professionnel, car mettre en place une aide à domicile est un gage pour vivre chez soi le plus longtemps possible.

Or, même si cela dépend de leur métier et de leurs revenus, les personnes âgées ont parfois peu l’habitude de déléguer leurs tâches domestiques, d’avoir quelqu’un à leur service, de s’offrir une manicure. Aussi, proposer, comme on pourrait le faire pour soi-même, une intervention professionnelle pour un volet roulant, le jardin, un cours d’informatique, est un moyen d’anticiper.  

Quels professionnels pour quelles toilettes ?

La mission du professionnel qui intervient à domicile est de prendre le temps d’aider une personne à faire ce qu’elle peut faire elle-même et de la seconder le cas échéant. Les auxiliaires de vie sont formées pour observer cette règle qui s’applique à l’aide à la toilette. Aussi, elles savent adapter leur intervention au degré d’autonomie de la personne aidée.

Cependant, lorsque la toilette est effectuée au lit ou en fauteuil, elle doit être prescrite par un médecin. Il s'agit d’un soin infirmier, pour lequel il faut faire appel à une infirmière libérale ou à une aide soignante d'un service de soins infirmiers à domicile (SSIAD).

 

En savoir plus sur l’aide à la toilette

A lire aussi sur l'aidant débutant