Ne plus pouvoir se nourrir soi-même est évidemment difficile à vivre. Pour conserver son autonomie au repas le plus longtemps possible, l’ergothérapeute a toutes les clés pour pouvoir manger tout seul : aides techniques à la prise du repas, aides à la préparation des repas, astuces pour fabriquer soi-même le matériel d’aide au repas…

Quelles aides techniques au repas adopter ? 

Le choix des aides techniques au repas doit être fait après une évaluation des besoins de la personne, soit en centre de rééducation soit à domicile. Un ergothérapeute (en général) évalue les capacités et les difficultés. Il prend en compte les aspects moteurs à compenser et ceux liés aux habitudes de vie. L’ergothérapeute fait ensuite des préconisations sur les aides techniques à adopter. Il faut également faire des essais avant toute acquisition définitive, à domicile voire dans un Centre d'Information et de Conseil en Aides Technique - Cicat si celui-ci possède une cuisine d’application. Une consultation avec un psychologue peut en outre être demandée lorsque l’aide technique soulève des questions douloureuses par rapport à l’évolution de la maladie.

Choisir les aides techniques à la prise des repas

On distingue les aides à la prise du repas et les aides à la préparation des repas :

Les aides à la préparation des repas

Quelques matériels ou ustensiles d’aide à la préparation des repas : planches à découper, tapis antidérapant, ouvre bouteille, ouvre bocal, décapsuleur, couteaux, éplucheurs, casseroles à deux poignées, supports pour yaourt ou verre, poignées universelles pour aider à allumer des plaques de cuisson, stabilisateur de casserole…

Pour continuer à bien manger, plusieurs astuces peuvent être trouvées © Istock

Les aides à la prise du repas

Le matériel d'aide à la prise des repas :

  • les couverts adaptés à manche grossi ou coudé pour faciliter l’introduction dans la bouche. Des couverts en plastique épais ou en métal recouverts de matière « souple » permettent d’éviter les chocs avec les dents.

  • les verres à échancrure nasale, à deux anses, à paille, anti-reflux ou anti-dérapants pour faciliter une bonne hydratation. Attention ! Le verre à bec verseur est contre-indiqué, car il entraîne le plus souvent une extension de tête propice aux fausses routes.

  • les assiettes adaptées sont utiles pour éviter la chute des aliments : l’assiette à butée, l’assiette avec le bord intérieur incurvé, l’assiette ovale à fond incliné et à butée, l’assiette à ventouse…

  • les supports anti-dérapants, sous forme de disque antidérapant ou de set de table antidérapant qui évitent le glissement de l’assiette, ainsi que des supports anti-dérapants pour yaourts ou desserts.

Astuces : le prix des couverts adaptés est parfois décourageant. Il est aussi possible de les adapter soi-même en :

  • tordant une cuillère classique ;

  • épaississant un manche avec une gaine en mousse ou thermoplastique ;

  • coupant un gobelet en plastique au cutter pour l’échancrer ;

  • fabriquant un verre à couvercle avec paille intégrée.

Comment financer les aides techniques au repas ?

Seule la prestation de compensation du handicap (PCH) permet de financer des aides techniques au repas. La PCH permet de prendre en charge le coût des besoins individuels de compensation des personnes en situation de handicap. Elle couvre 5 types de besoins dont les aides techniques, financées, selon un barème fixé par l’État. Pour obtenir cette aide, il faut faire la demande auprès de la MDPH, soutenue par un argumentaire d’un ergothérapeute, et deux devis comparatifs de matériel. La personne trouvera le matériel en vente sur Internet ou chez un revendeur.

Julius Suzat

 

 

Ressources :

CRIAS Mieux Vivre
Aline GIRARDIN, ergothérapeute