S’assurer qu’une personne âgée dépendante de la famille suit bien son traitement médical… Indispensable et de plus en plus facile avec les piluliers connectés. Tour d’horizon des avantages permis par cette innovation et de quelques précautions. 

Au quotidien, une prise de médicaments facilitée et sécurisée

La meilleure observance des traitements est l’argument principal en faveur du pilulier connecté. L’observance ? C’est l’adéquation entre la façon dont chaque personne prend ses médicaments et le traitement prescrit. En d’autres termes : est-ce  que la personne âgée prend son remède au bon moment, en bonne quantité et sans jamais l’oublier. La qualité n°1 du pilulier électronique connecté, et même de sa version non-connectée, est de disposer du bon dosage de médicament, avec l’indication du moment où il faut le prendre. Le risque d’erreur est limité puis chaque compartiment est rempli par un professionnel de santé.  « La technologie vient ainsi simplifier et sécuriser le bon usage du médicament en inventant la ‘‘bonne prise’’», résume Caroline Blochet, docteur en pharmacie (fondatrice de Medissimo, entreprise spécialisée dans le développement de produits de santé connectés). Pour elle, le progrès principal est « la prise en charge individuelle améliorée, notamment dans le suivi des ordonnances complexes ».

Des rappels pour la prise de médicaments

Le pilulier connecté permet aussi de limiter le stress pour le patient et son entourage. Des systèmes de rappel lumineux et/ou sonores alertent dans un premier temps la personne n’ayant pas pris à temps le médicament. Si elle ne le prend toujours pas ou en cas d’erreur, l’entourage et les professionnels de santé du patient sont alertés par un message. Ce deuxième niveau d’alerte peut être désactivé, mais il permet une réaction rapide ou la réalisation d’un bilan avec le patient lorsque l’erreur ne remet pas en cause la santé immédiate. Une façon aussi de resserrer le lien entre médecin et patient que démontre l’enquête 2016 de l’Institut Français des Seniors sur les objets connectés.
 

Un suivi thérapeutique assuré à moyen et long terme

Si le pilulier connecté rappelle le moment où il faut prendre un médicament, certains modèles enregistrent aussi les prises effectuées. L’intérêt ? Le médecin saura si un souci de santé chez le patient est lié à une mauvaise prise de médicament. Il ajustera aussi le traitement en fonction du suivi que ce soit sur deux mois ou dix ans. Car, comme le note Caroline Blochet, « dans la durée d’une maladie chronique, il n’est pas rare d’oublier un jour ou l’autre de prendre un médicament… c’est même un comportement normal ». Le pilulier connecté facilite la vie mais peut aussi la sauver. Chaque année en France, près de 10 000 décès (Observatoire Jalma, 2015) seraient liés à une mauvaise observance médicamenteuse des patients.

Quelques précautions à prendre avec le pilulier connecté

Avant d’aider un proche à acquérir un pilulier connecté, il faut l’inciter à se renseigner auprès de son pharmacien et de son médecin. Ils seront les mieux placés pour aiguiller sur l’un des nombreux modèles existants, en fonction des besoins du patient et de ses capacités d’utilisation d’un tel objet. Il faut aussi veiller à ce que la personne âgée dépendante puisse faire remplir régulièrement le pilulier. La grande majorité des modèles de piluliers nécessite un remplissage hebdomadaire par un pharmacien. Une fois adopté par le proche âgé, il faut continuer d’en parler avec lui. Notamment car les piluliers connectés sans système de blocage de compartiments ne réduisent pas le risque d’erreur à zéro. Il faut aussi surveiller les éventuels dysfonctionnements du produit et la fiabilité des capteurs enregistrant les prises. Dernier point : ne pas hésiter à lire les conditions générales d’utilisation. La transmission de données de santé à l’entreprise privée qui gère le pilulier n’est pas un acte anodin. Il faut, notamment, vérifier que la protection des données et la confidentialité sont garanties.   

Coût pilulier, une contrainte à prendre en compte

Même s'ils sont globalement de plus en plus accessibles, la prudence est de mise avant d’acquérir un pilulier connecté. Il faut penser au coût d’achat (ou de location) et, surtout, prendre en compte les frais de gestion mensuels qui s’élèvent en moyenne à 20 €. À l’heure actuelle, le pilulier connecté n’est pas remboursé par la Sécurité sociale.

À lire : 5 exemples de piluliers connectés, du plus familial au plus intelligent. 

En savoir plus sur l’enquête 2016 de l’Institut Français des Seniors sur les objets connectés.